FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ est satisfaite de la dernière offre du gouvernement mais ne peut conclure une entente globale.

Québec, le 19 décembre 1999  –   Le gouvernement a déposé hier à la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec la même offre qu’aux trois centrales concernant les augmentations de salaire et le régime de retraite. Suite à ce dépôt et après en avoir étudié le contenu, le comité de négociation de la Fédération a jugé ces offres satisfaisantes.

La FIIQ, en négociation depuis vendredi, avait décidé de soumettre samedi une contre-proposition, de concert avec le SPGQ et le SFPQ. C’est en réponse à cette contre-proposition que le Premier ministre Bouchard et le président du Conseil du trésor, Jacques Léonard, ont rencontré la présidente de la FIIQ, le président du Syndicat de la fonction publique du Québec et le président du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec afin de leur présenter la même contre-offre que celle faite au trois centrales syndicales, offre qui sera connue publiquement lundi.

Lors de cette rencontre, la présidente de la FIIQ, madame Skene, a fait part au gouvernement qu’il ne pouvait s’agir d’une entente globale puisque des clauses normatives importantes pour les infirmières n’étaient toujours pas réglées ainsi que la relativité salariale. " Nous avons dit au gouvernement que nous étions satisfaites des nouvelles offres concernant les augmentations salariales et le régime de retraite. Nous avons aussi profité de cette rencontre pour dire au gouvernement qu’il fallait régler le dossier des infirmières le plus rapidement possible en janvier, ce à quoi le premier ministre a personnellement acquiescé ", a déclaré la présidente de la FIIQ, madame Skene.

La Fédération des infirmières entend donc rencontrer ses instances, aussitôt qu’elle aura en main tous les éléments nécessaires pour en arriver à une entente de principe.