FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ signe la nouvelle convention collective des infirmières au Québec.

Montréal, le 12 mai 2000  –   En cette Journée internationale des infirmières, les infirmières syndiquées du Québec ont une bonne raison de célébrer puisque ce matin, les représentantes de la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec, la ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Pauline Marois, les représentants du ministère ainsi que les représentants des associations patronales signent la nouvelle convention collective des infirmières. Rappelons qu’aux termes d’un long processus de négociation qui a duré deux ans, et d’une dure bataille contre le gouvernement, la FIIQ a conclu une entente de principe le 2 mars, entérinée dans une proportion de 90% par les infirmières.

" La Journée internationale des infirmières est habituellement l’occasion de festivités pour souligner la fierté que nous avons d’être infirmière et de pratiquer cette profession pour le bien-être de la population. Aujourd’hui, nous célébrons l’entrée en vigueur d’une nouvelle convention collective arrachée de haute lutte et qui a permis d’obtenir des gains significatifs, tant sur le plan normatif que salarial. Nous avons raison d’être fières de nos gains et de notre solidarité, et c’est la profession infirmière qui s’en trouve valorisée ", a déclaré la présidente de la FIIQ, madame Jennie Skene.

Rappelons certains gains contenus dans l’entente, soit une bonification immédiate des salaires par le versement, à chaque infirmière, d’un montant forfaitaire de 3 % pour un an. À cela s’ajoutera un réajustement moyen des échelles salariales de 2,7 % pour les infirmières de formation collégiale. À celles de formation universitaire, elles seront finalement reclassées à l’échelle des travailleurs sociaux. De plus, l’entente apporte des solutions aux problèmes soulevés par la précarité d’emploi, les fardeaux de tâche, l’accessibilité aux postes et la période de prise des vacances. Mentionnons également l’augmentation statutaire des salaires de 9% sur quatre ans et des améliorations aux conditions d’admissibilité à la retraite. Le dossier salaire n’est toutefois pas clos puisque les travaux sur la relativité salariale se poursuivent et que les résultats de l’étude seront intégrés à compter de 2001.

" Les améliorations contenues dans la nouvelle convention collective contribueront certainement, en partie, à garder les infirmières dans cette profession et, espérons-le, à en attirer des nouvelles. Cette convention collective est un pas de plus vers la pleine reconnaissance de la valeur de notre travail et de notre contribution dans la dispensation des services de santé de qualité à la population du Québec ", a conclu la présidente de la FIIQ.

La FIIQ compte 45 000 membres réparties dans tous les types d’établissements de santé sur l’ensemble du territoire québécois.