FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Des investissements bienvenus mais pas d’argent pour les soins de santé au Québec

Montréal, le 1er novembre 2001  –   Dans une première réaction au budget déposé par la ministre Marois, la présidente de la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec, madame Jennie Skene, a déclaré que les investissements au niveau des infrastructures dans les secteurs publics étaient bienvenus, mais ne feront certainement pas baisser la pression vécue actuellement dans les établissements. Elle a ajouté «C’est un budget qui ne solutionnera vraisemblablement pas les problèmes de notre réseau, tel que les listes d’attente, la sous-budgétisation des établissements qui font face à une plus grande demande de soins et le manque de places en centres d’hébergement. Plusieurs établissements, actuellement aux prises avec des déficits, devront fermer des lits ou encore diminuer les services offerts à la population pour atteindre l’équilibre budgétaire.»

Par ailleurs, la FIIQ accueille favorablement la majoration du crédit d’impôt pour la TVQ, l’indexation des prestations d’aide sociale aux personnes à faible revenu ainsi que les investissements dans les logements sociaux et dans les centres de la petite enfance. «Il faudra toutefois injecter les sommes rapidement si le gouvernement veut relancer l’économie ou, à tout le moins, préserver les emplois actuellement fragilisés par ce ralentissement économique», d’ajouter la présidente de la FIIQ.

Pour la FIIQ, il s’agit d’un budget qui pourra peut-être contribuer à la relance de l’économie, «mais il ne s’agit pas d’un budget qui apportera une amélioration de la qualité des soins et des services de santé au Québec», de conclure la présidente, Jennie Skene.