FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

200 000 personnes déferlent à nouveau sur Montréal pour réclamer la fin immédiate de la guerre.

Montréal, le 22 mars 2003  –  Au moins 200 000 personnes sont a nouveau descendues massivement dans les rues de Montréal pour dire : il faut que la guerre cesse ! Cette manifestation, organisée par le Collectif Échec à la Guerre, s’inscrit dans la foulée des manifestations qui ont lieu au Canada, aux États-Unis et dans le reste du monde depuis le déclenchement de la guerre.

« Il est bien que le Premier Ministre Jean Chrétien ait déclaré que le Canada ne participerait pas à la guerre. Nous y voyions d’ailleurs la conséquence de l’importante mobilisation citoyenne. Toutefois, pour être conséquent, il faut maintenant rapatrier tout l’équipement et le personnel militaire », d’affirmer Francine Néméh, porte-parole du Collectif Échec à la Guerre. « De plus, nous demandons au gouvernement canadien de condamner cette agression illégitime, illégale et criminelle. »

Un énorme oiseau de paix déployé sur le boulevard René-Lévesque a ouvert la marche pacifique qui s’est déroulée sans incident jusqu’au Complexe Guy-Favreau. Le ton du rassemblement était beaucoup plus solennel que la semaine dernière, mais tout aussi déterminé. « Cette guerre n’a rien avoir avec la libération du peuple irakien, c’est une guerre pour l’empire, le pétrole et le pouvoir, et nous disons Pas en notre nom » d’affirmer Phyllis Bennis, de l’Institute for Policy Studies à Washington, spécialiste de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient. Avec une grande émotion, Isabelle Cyr s’est adressée à la foule en ces termes « nous sommes deux cent mille qui tiennent les mains à une planète entière » Bachar Elsolh, a pris la parole au nom du Forum Musulman canadien, du Conseil musulman de Montréal et de l’Union des associations étudiantes musulmanes, et a parlé d’un « terrorisme d’État sans précédant contre un peuple affamé et affaibli ». Luc Picard s’est élevé contre ce « spectacle grotesque et vulgaire de la plus grande puissance du monde qui s’en prend à un pays déjà écrasé ». « Vous prétendiez attaquer un tyran, M. Bush, vous venez de prendre sa place » de dire Dan Bigras. Raymond Legault, porte-parole du Collectif Échec à la Guerre, a insisté sur l’impérative nécessité que la population continue d’exercer des pressions pour que le Gouvernement du Canada rapatrie toutes les troupes et le matériel militaire présentement dans le golfe Persique. Carlos Arancibia, d’Oxfam-Québec a appelé les manifestants a poursuivre la mobilisation car la catastrophe humanitaire est déjà une réalité. Ahmed Abdirahmane, du groupe Solidarité pour les droits humains des Palestiniens, a pour sa part dit qu’à l’image des manifestants québécois, « la population palestinienne souffre d’une maladie incurable : l’espoir, espoir de libération et de justice » Karen Young a cloturé la manifestation en interprétant « Requiem/war » et « Give Peace a Chance ». La foule, déterminée à poursuivre sa lutte pour la paix, s’est dispersée dans le calme vers 15h15.