FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Manifestations internationales le 12 avril 2003 La paix? Mais quelle paix? Et à quel prix?

Montréal, le 10 avril 2003  –  Le Collectif Échec à la guerre appelle la population à se mobiliser contre ce qui, loin d’être une libération de l’Irak, se transforme en occupation militaire. La mobilisation est plus importante que jamais puisque déjà la Syrie et l’Iran sont dans la ligne de mire des États-Unis.

Se taire devant la situation irakienne c’est accepter d’autres guerres d’agression illégales de la part des États-Unis. Le Collectif Échec à la guerre demande à la population québécoise de descendre massivement dans la rue samedi prochain le 12 avril pour :

  • Dénoncer l’occupation de l’Irak par les États-Unis.
  • Demander au Premier ministre Jean Chrétien de condamner cette occupation illégale qui viole le droit international.
  • Exiger que le Canada joue un rôle de leadership pour réclamer d’urgence une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies, afin que l’ONU mette fin à l’embargo et au programme « Pétrole contre nourriture » et qu’elle mette en place les mécanismes qui permettront au peuple irakien de retrouver son indépendance, sa dignité et le contrôle de ses ressources naturelles, de ses institutions politiques et judiciaires.
  • Dénoncer le projet de « reconstruction » de l’Irak par les Etats-Unis.
  • Réaffirmer notre solidarité avec le peuple irakien.

On nous annonce que Bagdad est tombée. Nous sommes heureux que le peuple irakien n’ait plus à subir la dictature de Saddam Hussein. Nous nous attendions à ce que la puissante domination militaire des États-Unis vienne rapidement à bout de l’armée irakienne. Nous savions que l’Irak n’était pas la puissance militaire que les États-Unis nous disaient. Ils ont entrepris cette guerre illégale sur la base d’arguments mensongers.

La Charte des Nations Unies a été violée. L’occupation planifiée perpétue la violation du droit international. Il faut continuer de dénoncer ce crime et la colonisation qui se met en place.

Il est inacceptable que les États-Unis s’imposent pour « reconstruire l’Irak » aux frais des Irakiens. Nous demandons que les États-Unis, la Grande Bretagne et leurs alliés, assument financièrement la reconstruction et que celle-ci se fasse sous l’égide de l’ONU.

Si la guerre est presque terminée, la violence et les souffrances de la population sont loin de l’être. On n’a pas fini de compter les morts et les blessés, des milliers mourront encore des suites de cette agression sauvage tout comme des dizaines de milliers d’Irakiens meurent encore des suites de la guerre de 1991 et des conséquences des sanctions. N’oublions pas non plus l’Afghanistan qui après un an, vit toujours sous tutelle, dans la violence, l’insécurité et la misère. De plus, l’aide humanitaire promise n’y est jamais arrivée.

Pour toutes ces raisons, soyons nombreux à sortir dans la rue le samedi 12 avril 2003!