FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Près de 500 infirmières touchées par les changements annoncés.

Québec, le 3 juillet 2003  –  En réaction à l’annonce du ministre de la Santé, Philippe Couillard, concernant la réorganisation des soins hospitaliers dans la région de Québec, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) a déclaré que malgré que cette annonce ait l’avantage de mettre fin à plusieurs mois d’incertitude et de spéculations quant à l’avenir des soins obstétriques dans la région de Québec, cette réorganisation ne se fera pas sans occasionner beaucoup de chambardements puisqu’elle touchera, de diverses façons, près de 500 infirmières.

" Ce que nous voulons, et nous serons là pour nous en assurer, c’est que les infirmières visées par la réorganisation reçoivent un traitement juste et équitable. Pour plusieurs infirmières qui devront quitter l’établissement où elles ont œuvré pendant longtemps, l’acceptation et l’adaptation à ces changements n’iront pas de soi et les administrateurs devront en tenir compte ", de s’inquiéter la vice-présidente de la FIIQ, Michèle Boisclair. " Il faut prendre le temps de bien faire les choses afin de laisser le temps au personnel soignant de s’adapter à cette nouvelle réalité ", de poursuivre madame Boisclair.

De plus, la Fédération entend suivre de près le processus menant à ces changements et restera vigilante pour s’assurer, d’une part, du respect des droits des infirmières et, d’autre part, du maintien et de l’accessibilité des services offerts à la population.