FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Selon la Coalition pour le maintien de l’universalité des places à 5 $ et pour le développement des places en CPE et en milieu sco

Montréal, le 28 août 2003  –  « Une société qui ne se préoccupe pas de ses enfants se prépare à de biens durs lendemains » ont déclaré les participantes et les participants de la consultation parallèle organisée mercredi soir par la Coalition pour le maintien de l’universalité des places à 5 $ et pour le développement des places en CPE et en milieu scolaire.

C’est dans le but d’élargir le débat en tenant compte d’acteurs directement concernés par le dossier des services de garde mais exclus des audiences tenues dans le cadre de la consultation gouvernementale que cette consultation parallèle s’est tenue. Ainsi, ces voix non entendues le seront par le biais des recommandations des commissaires à l’attention du gouvernement.

Une représentation démocratique

Les quatre commissaires de la consultation, Mmes Lorraine Guay, chercheure et militante féministe, Monique-Richard, militante féministe et syndicale, Diane-Gabriel Tremblay, professeur et chercheur à Télé Université, ainsi que M. Guillaume Vaillancourt, commissaire scolaire à la CSDM et ancien militant du mouvement étudiant ont pu entendre neuf porte-parole provenant des organismes communautaires-familles et femmes, des milieux universitaires et des milieux de garde scolaire, ainsi que des centres de la petite enfance. (Voir la liste ci-dessous)

Des recommandations aux ministres

La Coalition désire rendre public la synthèse des principales recommandations formulées. Elle les transmettra aux ministres Béchard et Théberge. Les participants et participantes ont fortement appuyé les propositions suivantes :

  1. le maintien de l’universalité des places à 5 $ et le développement des places en CPE et en milieu scolaire. Les enfants sont au coeur de ce choix de société : les services de garde éducatifs sont une responsabilité collective que l’Etat doit appuyer.
  2. la consolidation du réseau des CPE. Les recherches nous ont démontré que les services de garde publics administrés par les parents offrent une meilleure qualité, un meilleur environnement éducatif et pr&eacutA?e;ventif en comparaison avec le secteur privé. La construction de ce réseau est un bien collectif précieux. L’Etat québécois doit en assurer la pérennité.
  3. l’amélioration et un meilleur soutien à la formation du personnel du réseau. La qualité des services de garde est directement reliée à la formation du personnel, tel que le prouvent plusieurs recherches. Pour maintenir la qualité de son réseau, l’Etat doit continuer d’investir et de supporter la formation de l’ensemble du personnel des services de garde ainsi que des responsables de garde en milieu familial.
  4. l’universalité des services de garde comme véhicule de solidarité et de développement social. A l’image des services publics en santé et en éducation, les jeunes enfants ont tous le droit de bénéficier des meilleures conditions de développement possible, dès leur plus jeune âge. L’Etat doit supporter ces mesures de développement social durable.
  5. de réitérer la confiance en ce réseau de service de garde novateur et efficace. Au moment où le réseau entreprend sa consolidation, l’attaque à ce dernier pourrait le fragiliser et nuire à son efficacité.
  6. non aux hausses de coût. Tous les scénarios de financement proposés par le gouvernement auront un impact négatif pour tous les parents. Les familles les mieux nanties paient déjà davantage par la fiscalité, via notre système d’impôt progressif.

Les membres de la Coalition, de même que les participantes et les participants à la consultation parallèle ont voulu rappeler que toute tentative de fragilisation du réseau des CPE, encore bien jeune, déclenchera un appui à une mobilisation à son image c’est-à-dire jeune, vigoureuse et efficace.

Les membres de la Coalition

Association des centres jeunesse du Québec ; Association des éducatrices en milieu familial du Québec ; Association des enseignantes et enseignants en techniques d’éducation à l’enfance ; Association des services de garde en milieu scolaire du Québec ; Association des régions du Québec ; Association du personnel cadre des centres à la petite enfance du Québec ; Association québécoise des centres de la petite enfant ; Central des syndicats du Québec (CSQ) ; Chantier de l’économie social ; Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec ; Fédération des femmes du Québec, Fédération des infirmières et des infirmiers du Québec (FIIQ) ; Fédération étudiante universitaire du Québec ; Comité sectoriel de main-d’oeuvre de l’économie sociale et de l’action communautaire ; Confédération des syndicats nationaux (CSN) ; Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ); Regroupement des CDEC du Québec ; Syndicat des professionneles et professionnelles du gouvernement du Québec.