FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Exercices militaires de grande envergure à Sherbrooke: Le Québec n’est pas un terrain de jeu pour la guerre.

Sherbrooke, le 27 novembre 2003  –   Alors que le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada commence à s’installer à Sherbrooke pour y réaliser des exercices militaires de grande envergure en milieu urbain, Solidarité Populaire Estrie (SPE) et le Collectif Échec à la Guerre tiennent à rappeler la nature véritable de toute cette opération.

« Malgré les dépliants en couleur et les paroles rassurantes », dit Suzanne Thériault de SPE, « nous ne devons pas perdre de vue l’essentiel, à savoir qu’on ne s’entraîne pas, équipé de toute cette quincaillerie de guerre sophistiquée pour simplement distribuer des crayons et des cahiers aux enfants du monde »!

La banalisation et le caractère bienveillant que l’on tente d’attribuer aux exercices militaires dans la région ainsi qu’à l’occupation militaire de l’Afghanistan préoccupent grandement SPE et le Collectif Échec à la guerre. «  La guerre contre l’Afghanistan », dit Raymond Legault du Collectif, « fut le coup d’envoi de cette soi-disant ‘guerre contre le terrorisme’ qui sert de paravent à l’actuelle poussée de conquête de l’empire étasunien dans des régions qu’il ne contrôlait pas encore. Nous nous opposons catégoriquement à toute la logique de militarisation, de restriction des droits humains et de la répression que ce nouveau credo inquiétant met en oeuvre. Loin d’offrir une protection aux populations du monde, cette politique représente le plus grave danger pour leur sécurité ».

Les États-Unis tentent actuellement d’entraîner de nombreux pays à accepter des portions de l’occupation de l’Irak en ‘sous-traitance’. Or, dans le cas de l’Afghanistan, ils ont réussi cette opération très rapidement, ce qui leur a permis de se lancer immédiatement sur un autre front. Et c’est précisément le Canada qui assume la part du ‘Lion Royal’ de cette sous-traitance avec environ 40 % des effectifs de la Brigade multinationale de Kaboul en plus du commandement d’ensemble de cette force.

Dans ce contexte, explique Philippe Viens, du Regroupement autonome des jeunes de l’Estrie (RAJE), « nous trouvons impérieux de nous opposer au recrutement militaire dans les CÉGEPs et les universités du Québec, comme nous l’avons fait récemment avec succès au Collège de Sherbrooke ». Pour les mêmes raisons, les arguments du maire de la ville sur les retombées économiques positives pour la région ne font vraiment pas le poids devant les considérations politiques et morales soulevées par ces guerres de conquête.

Notons finalement que Solidarité Populaire Estrie (SPE), le RAJ-Estrie et l’Association étudiante du Collège de Sherbrooke appellent la population sherbrookoise à manifester dimanche, le 30 novembre, contre les exercices militaires et contre le rôle central joué par le Canada dans l’occupation de l’Afghanistan. La manifestation débutera à 13h30 devant l’Hôtel de ville de Sherbrooke.

Contre la guerre !
Contre l’envoi de soldats canadiens comme chair à canon !
Contre l’occupation de l’Afghanistan !