FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ ne participera pas aux forums régionaux.

Montréal, 29 avril 2004  –   La Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) et ses syndicats affiliés ont décidé de ne pas participer aux forums régionaux organisés par le gouvernement dans le cadre de la consultation « Briller parmi les meilleurs ». Plusieurs raisons ont milité en faveur de cette décision.

Tout d’abord, alors que la Fédération ne partage pas certaines valeurs de base énoncées dans le document, tel la primauté des valeurs individuelles et l’esprit d’entreprise, ainsi que les orientations du gouvernement pour ces forums, elle constate que ces points ne sont pas en discussion. La FIIQ estime également que « Briller parmi les meilleurs » n’est pas un document de consultation mais plutôt un programme d’action du gouvernement libéral. « Nous croyons que les forums régionaux sont davantage une opération de relations publiques qui vise à convaincre la population du bien-fondé des actions de ce gouvernement et à améliorer son image un peu ternie à la suite de l’adoption de plusieurs lois et mesures contestées », de souligner la présidente de la FIIQ, Jennie Skene.

Par ailleurs, le gouvernement ne donne aucune balise nationale pour le choix des élus et des leaders qui seront désignés par chaque Conférence régionale des élus (CRE) ce qui laisse la Fédération perplexe quant à la représentativité des leaders qui y participeront.

La FIIQ a de plus identifié une autre embûche de taille quant à la volonté réelle du gouvernement d’entendre la population. En effet, le temps alloué pour la période de débats sur des sujets très complexes comme la santé, l’économie et l’éducation rend impossible la présentation d’une position étoffée. « Environ 130 personnes devront se partager tout au plus 55 minutes pour discuter des thèmes retenus lors de ces forums. Nous ne croyons pas qu’en 30 secondes il nous sera possible de présenter notre point de vue sur le système de santé au Québec. Il n’y aura donc aucune place pour réellement débattre de questions aussi importantes », estime la présidente de la FIIQ.

Quant à savoir si elle participera au Forum national à l’automne, la Fédération prendra une décision ultérieurement au moment jugé opportun.