FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le mouvement syndicale, communautaire, étudiant et féministe : en colère et solidaires pour le bien commun.

Montréal, 29 avril 2004  –  Plusieurs milliers de travailleuses et de travailleurs, de citoyennes et de citoyens, d’hommes et de femmes se mobiliseront, le 1er mai prochain, à l’occasion de la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs. Un an après l’arrivée au pouvoir du gouvernement "conservateur" de Jean Charest, les grandes organisations syndicales, le mouvement communautaire, les groupes sociaux, d’étudiants et de féministes veulent rappeler au premier ministre que le Québec n’est pas une province comme les autres.

C’est sur le thème « En colère et solidaires pour le bien commun » que les manifestants marcheront dans l’arrondissement Villeray au cours d’une grande manifestation nationale qui se terminera au parc Jarry avec les discours des leaders syndicaux et des mouvements communautaire, étudiant et féministe. Claudette Carbonneau de la CSN, Réjean Parent de la CSQ, François Vaudreuil de la CSD, Henri Massé de la FTQ, Michel Sawyer du SFPQ, Carole Roberge du SPGQ, Jennie Skene de la FIIQ, Michèle Asselin de la FFQ et François Saillant du FRAPRU pour le Réseau du Vigilance, et Pier-André Bouchard St-Amand de la FEUQ prendront, tour à tour, la parole pour dénoncer les politiques du gouvernement Charest.

« Nous n’accepterons jamais que la société québécoise soit bâillonnée par un gouvernement qui lui impose des lois antidémocratiques, antisociales et antisyndicales. Nous n’accepterons jamais que des travailleuses et des travailleurs soient réduits au cheap labor afin de satisfaire la voracité de certains employeurs qui ne pensent qu’à leur profit. Nous n’accepterons jamais qu’un gouvernement, quel qu’il soit, rapetisse l’Etat en le vendant à l’encan à l’entreprise privée. Nous n’accepterons jamais qu’un gouvernement se désengage de ses responsabilités dans le développement économique du Québec », ont soutenu les porte-parole.

« En ce 1er mai, nous exigeons le respect du droit à la libre association et à la libre négociation, le respect du droit au travail, à des salaires décents et à la syndicalisation pour tout le monde ! Nous exigeons une société de partage et d’égalité où toutes et tous profitent de la richesse collective. Une société qui protège les services publics, la santé, l’éducation, le transport en commun, l’eau. Une société où le bien commun prime sur les intérêts individuels ».

Le rassemblement des manifestants commencera à midi au parc Villeray, près de l’Aréna Jean-Rougeau, à l’angle des rues Villeray et De Normanville. La bannière de tête se mettra en branle vers 13 heures à l’angle des rues Christophe-Colomb et Villeray. Les journalistes pourront y rencontrer les leaders des organisations participantes avant le départ. Les marcheurs emprunteront la rue Villeray pour se rendre vers le parc Jarry où les discours seront prononcés vers 14 heures 30.