FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Pour les infirmières de la FIIQ : la santé une priorité.

Montréal, 10 mai 2004  –  La Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) veut souligner, au cours de la semaine, la contribution exceptionnelle des infirmières dans le réseau de santé public du Québec. Malgré les chambardements successifs, et celui à venir n’est pas le moindre, les infirmières continuent de soigner avec cœur et dignité.

Une fois de plus, les infirmières doivent vivre une réforme qui va certainement bouleverser leur vie de soignante et de travailleuse. Une réforme qui n’est pas anodine puisque, cette fois-ci, la réingénierie en santé, initiée par le gouvernement Charest, s’attaque non seulement aux structures du réseau de la santé et à l’organisation du travail mais aussi remet en question la liberté syndicale et la liberté de représentation. « Nous savons que soigner demande du temps et des ressources et qu’une réorganisation des structures ne réglera pas les problèmes de pénurie de main-d’œuvre et de sous-financement. Le gouvernement invoque l’accessibilité et la qualité des soins pour justifier ces changements. Permettez-nous d’en douter. Si on ne s’attaque pas à la surcharge de travail, à l’instabilité des équipes de travail et aux heures supplémentaires, on ne peut s’attendre à une amélioration de la qualité et de la continuité des soins » souligne la présidente de la FIIQ, Jennie Skene.

Elle ajoute « les infirmières offrent leur savoir et leur engagement auprès des patients 24 heures par jour, 7 jours par semaine dans tous les établissements de santé au Québec. En retour, elles veulent être entendues et respectées. Elles veulent une amélioration de leurs instruments de travail, des systèmes d’information efficaces et des échéanciers réalistes pour prendre part aux changements. Elles veulent que l’exercice de la profession infirmière corresponde à leurs attentes, à leurs valeurs et à l’amélioration de la qualité des soins. »

La FIIQ et ses syndicats souligneront la Journée de l’infirmière dans tous les établissements et profiteront de l’occasion pour réaffirmer que la santé dans un réseau public est une priorité pour les infirmières. Un dépliant qui questionne la réingénierie en santé et qui s’oppose aux arguments et aux principes néolibéraux du gouvernement Charest sera distribué à toutes les infirmières.

La présidente de la FIIQ, Jennie Skene, ainsi que les membres du Comité exécutif seront présentes dans divers établissements pour célébrer cette journée. Madame Skene sera, pour sa part, à l’Hôtel-Dieu de Roberval dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean, mardi le 11 mai, et ira rencontrer les infirmières du Centre hospitalier Beauce-Etchemin dans la région de Chaudière-Appalaches, mercredi le 12 mai.