FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ demande au gouvernement du Québec d’intervenir.

Montréal, le 14 septembre 2004  –  « À la suite de l’annonce de l’ouverture d’une clinique médicale d’urgence privée à Montréal prévue pour le 12 octobre prochain, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) demande au gouvernement du Québec d’intervenir pour stopper la propagation de ce type de services de santé privés.

« Cette clinique médicale privée, qui sera vraisemblablement située dans l’arrondissement Ville Mont-Royal, nous indique assez clairement qu’il desservira une clientèle privilégiée possédant des moyens financiers bien au-delà de la classe moyenne », de déclarer la vice-présidente de la FIIQ, Michèle Boisclair.

De plus, pour la FIIQ, il est important de sonner l’alarme puisque l’offre de services de santé par le secteur privé ne peut qu’amener un drainage des effectifs qui oeuvrent actuellement dans le réseau public. Le système de santé actuel connaît déjà son lot de problèmes et ne peut se permettre de perdre, en plus, des infirmières, des médecins ou d’autres professionnelles de la santé qui iront soutenir ces services privés. En outre, la FIIQ réagit aux intentions des propriétaires qui disent vouloir démocratiser l’accès aux services de santé, « nous ne croyons pas que la privatisation des services assure une meilleure accessibilité des services à l’ensemble de la population, bien au contraire, nous savons que seuls les mieux nantis financièrement auront accès à ces services », d’expliquer madame Boisclair.

« L’ouverture de cette clinique ouvre grand la porte à l’américanisation du système de santé et nous sommes très inquiètes de l’effet d’entraînement qu’elle pourrait avoir; c’est pourquoi nous demandons au gouvernement d’intervenir immédiatement », de conclure la vice-présidente de la FIIQ.