FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ sort gagnante de la deuxième vague également.

Saint-Hyacinthe, le 17 mars 2005  –  Le dépouillement des votes de la deuxième vague est presque terminé et c’est la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) qui sort encore gagnante de cette vague de votes du personnel de la catégorie 1. Présentement réunies en Conseil fédéral à Saint-Hyacinthe, les déléguées ont pu se réjouir des résultats.

Deux résultats étaient attendus lors de ce Conseil, celui de l’Hôpital Général Juif Sir Mortimer B. Davis et du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ). Dans les deux établissements, les syndicats affiliés à la FIIQ ont remporté le vote avec une large majorité face aux syndicats affiliés à la CSN. Les autres gains de la Fédération étaient déjà connus et concernent le Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (CHA), l’Hôpital Laval et l’Hôpital Charles-LeMoyne. Le seul établissement dont le résultat n’est pas encore connu est celui du CRDI du Bas St-Laurent où le dépouillement est prévu pour le 24 mars.

« Les infirmières, les infirmières auxiliaires et les inhalothérapeutes se reconnaissent dans notre action syndicale. Elles ont bien compris que la FIIQ est l’organisation qui peut le mieux répondre à leurs besoins et qu’elle a développé une expertise unique pour le personnel oeuvrant dans la santé. Ces résultats sont satisfaisants mais il faut continuer à travailler afin que les prochaines vagues soient à la hauteur de ces résultats », de déclarer Jennie Skene, présidente de la FIIQ.

Rappelons que la loi 30 du gouvernement Charest force la fusion des accréditations syndicales. Il y a eu regroupement de tous les titres d’emploi à l’intérieur de quatre (4) catégories. Les infirmières, les infirmières auxiliaires, les inhalothérapeutes, les techniciennes en circulation extra-corporelle, les perfusionnistes et les puéricultrices sont regroupées dans la catégorie 1. C’est donc dire que toutes ces professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires doivent se prononcer, par le biais d’un vote, en faveur de l’association syndicale qui va les représenter dans leur catégorie.