FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ demande au gouvernement du Québec d’intervenir rapidement.

St-Hyacinthe, le 9 juin 2005  –  La Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) est très inquiète du jugement de la Cour suprême qui invalide l’interdiction à l’assurance maladie privée. Pour la présidente de la FIIQ, cette décision pourrait avoir des effets très néfastes sur le réseau de santé québécois. «Ce jugement permet donc à une personne de se procurer une assurance privée pour recevoir des traitements présentement assurés par le régime d’assurance maladie du Québec, notamment les soins chirurgicaux. Connaissant les politiques très néolibérales du gouvernement Charest, il faut s’inquiéter d’un tel jugement. Le risque de créer des inégalités est très grand, trop grand», de déclarer madame Skene.

La Fédération demande donc au gouvernement du Québec de prendre les mesures nécessaires pour surseoir à l’application de ce jugement afin que les intérêts individuels ne mettent pas en péril les intérêts collectifs. «Il faut se rappeler que depuis 40 ans et sans égard à leur revenu, les québécoises et les québécois ont accès à des services de santé gratuitement. Une telle décision pourrait nous ramener en arrière et va à l’encontre d’une justice sociale pour toutes et tous. Il faudra maintenant prendre le temps d’analyser ce long jugement pour en peser toutes les conséquences mais il est clair que la privatisation ne représente pas une avenue acceptable», de conclure madame Skene.