FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ estime qu’il faut en faire une lecture globale.

Montréal, le 26 janvier 2006  –  Après avoir pris connaissance du rapport du Ministère de la Santé sur la qualité des services Info-Santé CLSC et rendu public aujourd’hui par le journal Le Soleil, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) est déçue des conclusions mais estime qu’il faut en faire une lecture globale et ne pas condamner l’ensemble du service.

« L’article paru dans Le Soleil n’est qu’un bref aperçu de que ce que l’on retrouve dans le rapport. Les conclusions sont effectivement décevantes mais il faut être prudent et ne pas prendre isolément les problèmes identifiés sans faire mention de la source de ceux-ci. Les problèmes soulevés sont reliés à des facteurs organisationnels. La qualité des services offerts n’est pas en cause puisque très peu de plaintes sont portées par les usagers du service », de déclarer Lina Bonamie, présidente de la FIIQ.

La pénurie dont souffre la profession d’infirmière est présente partout, y compris à Info-Santé CLSC. « La solution passe par la stabilisation des équipes et la mise en place de mesures d’attraction et de rétention des professionnelles. On constate également que les problèmes soulevés sont souvent interreliés. Si le taux de roulement du personnel est élevé, il devient difficile de maintenir une formation adéquate et spécialisée », de poursuivre madame Bonamie.

La présidente de la FIIQ souligne que le rapport fait état d’une situation connue dans l’ensemble du réseau de la santé. « Les professionnelles sont en nombre insuffisant et il y a un manque de financement. On répète les mêmes choses depuis plusieurs années et tant qu’il n’y aura pas une réelle volonté politique, nous serons toujours aux prises avec cette réalité », de conclure la présidente.