FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Pour la FIQ, c’est la concrétisation d’un système de santé à deux vitesses.

Montréal, le 9 mai 2007  –  Pour la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, le discours inaugural du premier ministre Jean Charest vient confirmer ce qu’elle craignait depuis l’adoption du projet de loi 33 soit, la mise en place d’un réel système de santé à deux vitesses. « Nous avons la preuve que le gouvernement du Québec ne voulait pas uniquement, comme il le laissait entendre, se conformer à un jugement de la Cour suprême en adoptant le projet de loi 33 mais qu’il cherchait bel et bien à ouvrir la porte, le plus grand possible, à la privatisation du système de santé », de dire Lina Bonamie, présidente de la FIQ.

Pour la Fédération, l’ouverture des cliniques privées affiliées était prévisible puisqu’il en était question dans le projet de loi 33 mais là, le gouvernement franchit une étape supplémentaire et, pour la FIQ, on ne pourra plus revenir en arrière. Ainsi, il a annoncé aujourd’hui que la garantie d’accès ne se limitera plus à trois chirurgies. « Le cauchemar appréhendé devient réalité et, honnêtement, je ne vois pas comment nous allons réussir à maintenir des services de santé de qualité dans le système de santé public. Les professionnelles en soins sont dans une situation de pénurie importante et cela risque de s’aggraver parce que le secteur privé drainera les ressources du public. Pire encore, il y aura, au Québec, une médecine pour les riches et une pour les pauvres et on peut très bien imaginer que ce sont les patients du système public qui écoperont des décisions politiques prises aujourd’hui », poursuit madame Bonamie.

Outre cette annonce, la Fédération condamne le choix de baisser les impôts et le dégel des frais de scolarité. « La santé et l’éducation sont des choix collectifs qui ont été faits par la population québécoise et il est essentiel de les protéger », poursuit la présidente. Ainsi, la Fédération considère que l’argent disponible ne devrait pas être consacré à des baisses d’impôts mais bien à améliorer les services à la population dans le réseau de la santé et celui de l’éducation.

Profil de la FIQ

Le 1er décembre 2006, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) a adopté un nouveau nom soit, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec ‑ FIQ. La FIQ représente 57 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires.