FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIQ joint sa voix à celle des autres groupes

Saint-Hyacinthe, le 6 juin 2007  –  Réunie présentement en conseil fédéral à Saint-Hyacinthe, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ désire ajouter sa voix à celle des différents groupes afin de demander à la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles d’éviter l’expulsion du Canada de madame Oumou Touré et ses enfants. « Dans le cas présent, les motifs humanitaires doivent absolument être plus importants que les motifs juridiques », de dire Lina Bonamie, présidente de la FIQ.

Rappelons que si la famille retourne dans son pays d’origine, la Guinée-Conakry, une fillette de deux ans risque d’être excisée. « L’excision est une mutilation extrême du corps humain et cette pratique vise à dominer les femmes et à contrôler leur sexualité. Comme organisation syndicale composée à plus de 92 % de femmes, nous ne pouvions rester silencieuses. C’est pour cette raison que nous offrons tout notre appui à la jeune famille », de poursuivre la présidente.

Profil de la FIQ

Le 1er décembre 2006, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) a adopté un nouveau nom soit, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. La FIQ représente 57 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires.