FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Participation du SISP à la manifestation contre le Davos de la santé — « On assiste à une

Saint-Sauveur, le 5 novembre 2007  —  Les cinq organisations syndicales rassemblées au sein du SISP (Secrétariat intersyndical des services publics) participent aujourd’hui à une manifestation devant le Manoir Saint-Sauveur pour dénoncer la tenue à huis clos du World Health Executive Forum – mieux connu sous le nom du Davos de la santé.

« Les nombreuses organisations syndicales et citoyennes qui sont représentées ici aujourd’hui, affirme madame Michèle Boisclair, 1re  vice-présidente de la FIQ et porte-parole du SISP pour l’événement, sont venues dire haut et fort que la population n’est pas dupe de ces manigances destinées à gruger nos acquis sociaux sous couvert d’accroître l’efficacité et de réduire les coûts des systèmes de santé. Les solutions qu’entrevoient ces gens-là, dont on sait qu’ils sont des promoteurs du privé, consistent à favoriser des entreprises qui n’hésitent pas à exploiter les inquiétudes du public par rapport à la santé pour s’enrichir. »

L’invitation au think-tank de Saint-Sauveur, dont le but est de discuter des « vrais enjeux de la santé », a été lancée par le président du conseil du World Health Executive Forum, M. Raymond Chrétien, à une centaine de leaders politiques et de grands décideurs de la santé des pays industrialisés. La lettre indique qu’à l’occasion de ce sommet international annuel, « les meilleurs rencontrent les meilleurs » dans un cadre strictement privé.

Les discussions doivent porter sur des solutions pour en arriver à des « transformations majeures et profondes des systèmes de santé ». Le SISP estime qu’il s’agit en fait d’une rencontre de concertation pour convenir de stratégies pour favoriser l’expansion du rôle du secteur privé dans les systèmes de santé publics et ainsi réaliser des profits sur le compte de la santé des Québécoises et des Québécois.

Il s’avère en effet que plusieurs des personnalités invitées se sont prononcées à de multiples reprises en faveur d’une plus grande participation du secteur privé dans la santé.

Le document « strictement confidentiel » qui accompagne l’invitation du World Health Executive Forum précise que la rencontre se fait « sans journaliste, loin du regard du public, des médias, des groupes de pression et des lobbies ».

« Nous protestons contre cette intrusion inacceptable de gens d’affaires dans un domaine qui n’est pas à vendre. Le Québec a des instances démocratiques pour prendre des décisions concernant la santé de sa population, rappelle la porte-parole du SISP. Parce que ses membres croient à la nécessité de maintenir un accès universel à des soins de santé de qualité et publics, le SISP entend s’opposer au manège des sirènes de la privatisation. »

Profil du SISP

Le SISP regroupe 300 000 membres, issus de cinq organisations syndicales (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ). Le SFPQ représente 43 000 membres, dont 40 000 sont issus de la fonction publique québécoise. La FIQ regroupe 57 000 membres du secteur de la santé. La CSQ représente près de 155 000 membres, dont près de 100 000 oeuvrent au sein des secteurs de l’éducation et de la santé. Quant au SPGQ, il regroupe près de 19 000 personnes de la fonction publique, des sociétés d’État, des réseaux de l’éducation et de la santé du Québec. Pour sa part, l’APTS représente 26 000 travailleuses et travailleurs occupant des postes professionnels ou techniques au sein du réseau public de la santé et des services sociaux.