FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le SISP exige de Couillard une position claire sur la mixité de la pratique médicale

Montréal, le 21 février 2008  —  Les dirigeants syndicaux du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP) exigent que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Philippe Couillard, prenne position clairement sur la proposition du rapport Castonguay qui autorise la mixité de la pratique médicale. « Après avoir dit non à la mixité mardi dernier, le ministre Couillard a déclaré, sur les ondes de la radio de Radio-Canada, être le premier ministre de la Santé à être ouvert à la pratique mixte des médecins. Qu’est-ce qui a pu se passer entre les murs du Parlement pour que le ministre de la Santé prenne un virage à 180 degrés sur la question de la mixité de la pratique médicale des médecins? », de questionner les dirigeants du SISP.

Réjean Parent, président de la CSQ, Lina Bonamie, présidente de la FIQ, Dominique Verreault, présidente de l’APTS, Michel Sawyer, président général du SFPQ et Gilles Dussault, président du SPGQ, sont tout simplement estomaqués de constater à quel point Philippe Couillard a changé de discours au cours des dernières heures. « Lors de son point de presse, à la suite de la sortie du rapport, il nous apparaissait déterminé à ne pas ouvrir davantage la porte au privé. Depuis ce moment, M. Couillard ne cesse de nuancer ses propos. Quelques heures après sa profession de foi pour un système de santé public, il commençait déjà à plier les genoux », dénoncent les chefs syndicaux.

Pour le SISP, il est essentiel de rejeter les trois recommandations qui permettraient d’ouvrir la porte à davantage de privé en santé. « Autoriser la mixité de la pratique médicale pour les médecins nous pousse tout droit vers la création d’un système de santé à deux vitesses au Québec. Il en est de même avec les deux autres recommandations. Confier la gestion des hôpitaux au privé et permettre l’élargissement des chirurgies autorisées aux assurances privées auront elles aussi des impacts dévastateurs pour notre système de santé public. Si le ministre croit nous avoir endormis avec son beau discours de mardi, il se trompe. Nous serons de véritables chiens de garde du système de santé public », de conclure les dirigeants du SISP.

Profil du SISP

Le SISP regroupe 300 000 membres, issus de cinq organisations syndicales (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), dont près de 245 000 proviennent des secteurs public, parapublic et péripublic. La CSQ représente près de 155 000 membres, dont près de 100 000 œuvrent au sein des secteurs de l’éducation et de la santé. La FIQ regroupe 57 000 membres du secteur de la santé. Le SFPQ représente 43 000 membres, dont 40 000 sont issus de la fonction publique québécoise. Quant à l’APTS, elle représente 26 000 travailleuses et travailleurs occupant des postes professionnels ou techniques au sein du réseau public de la santé et des services sociaux. Pour sa part, le SPGQ regroupe plus de 19 000 personnes de la fonction publique, des sociétés d’État, des réseaux de l’éducation et de la santé du Québec.