FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Les professionnelles en soins infirmiers dénoncent la gestion inadéquate des ressources humaines

Montréal, le 29 septembre 2008  —  Les professionnelles en soins infirmiers de l’Hôpital Santa Cabrini exigent le retrait immédiat de la nouvelle mesure concernant la gestion des heures supplémentaires. Dans le but de dénoncer cette mesure illogique, elles manifesteront leur mécontentement devant leur lieu de travail, mardi le 30 septembre.

Pour Régine Laurent, présidente de l’Alliance interprofessionnelle de Montréal  (AIM-FIQ) cette mesure est aberrante et inacceptable. « Tout comme les autres établissements, l’Hôpital Santa Cabrini est touché par la pénurie de professionnelles en soins. Cependant le recours aux heures supplémentaires obligatoires était presque inexistant. La disponibilité exprimée volontairement par nos membres a permis, jusqu’à ce jour, de restreindre au maximum le recours abusif et contraignant de faire des heures supplémentaires obligatoires. Les effets de cette mesure réduisent de façon significative le nombre de volontaires et créent une pression indue chez les professionnelles en soins. La qualité des services et des soins offerts aux patients est, par le fait même, diminuée ».

Parmi les conséquences de cette nouvelle mesure, l’employeur impose maintenant les heures supplémentaires. « Cette mesure vient automatiquement diminuer le bassin de professionnelles en soins infirmiers disponible pour faire des heures supplémentaires de façon volontaire. Cette approche insensée a directement un effet sur la rétention et l’attraction des professionnelles en soins dans cet établissement. Dans un contexte de pénurie, comment l’employeur peut assurer une bonne adéquation entre les besoins de la population et la main- d’œuvre disponible pour répondre à ces besoins? »  de questionner Daniel Gilbert, vice-président à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. 

La présidente du syndicat local, Mireille Chaumin, poursuit dans la même direction. « Il est déplorable de constater que l’employeur ne démontre pas plus de considération pour ses employées. Les conditions de travail dans lesquelles doivent travailler les professionnelles sont difficiles. Comment peut-il balayer du revers de la main la volonté de ces dernières à vouloir aider leurs collègues de travail ? De plus, on sait déjà que certaines de ces infirmières vont donner leur nom dans des agences privées et reviennent ainsi travailler à Santa Cabrini via ces agences. Par ailleurs, l’employeur, dans certaines circonstances, contrevient à sa propre mesure », de dénoncer madame Chaumin.

Rappel

La manifestation aura lieu mardi le 30 septembre, devant l’Hôpital Santa Cabrini situé au 5655, rue St-Zotique Est à Montréal de 11 h à 13 h ainsi que de 17 h à 19 h. Les porte-parole syndicaux seront disponibles, sur place, pour répondre aux journalistes.

 

À propos de l’AIM et de la FIQ

L’Alliance interprofessionnelle de Montréal (AIM-FIQ) représente près de 6 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires et est affiliée à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. La FIQ représente plus de 57 000 membres.