FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Pour la FIQ, la population québécoise se fait littéralement voler!

Montréal, le 30 janvier 2009  –   Pour la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, l’article signé par le journaliste Robert Dutrisac dans Le Devoir de ce matin ne laisse aucun doute. En transférant certaines chirurgies du réseau de la santé public à des cliniques privées, la population québécoise se fait littéralement voler. « Le gouvernement du Québec utilise les fonds publics pour payer le double pour une chirurgie effectuée dans le privé. Ainsi, cela veut dire que si cette même chirurgie était effectuée par le réseau public, on pourrait opérer au moins deux patients pour le même prix. Je ne connais personne qui accepterait de payer le double pour quelque chose qu’il peut avoir à moitié prix », de dire Lina Bonamie, présidente de la FIQ.

Le chat sort du sac

Alors qu’il est extrêmement difficile d’obtenir les coûts réels de telles chirurgies dans le privé, voilà que l’article de monsieur Dutrisac met en lumière les vrais chiffres. « Sous des prétextes de confidentialité, ni le gouvernement du Québec, ni les cliniques privées n’acceptent de dévoiler les coûts réels de ces ententes. Si le gouvernement du Québec payait moins ou le même montant que dans le réseau public, ses chiffres, il y a longtemps qu’il les aurait rendus publics », de poursuivre la présidente de la Fédération.

Pas d’argent?

La présidente de la Fédération fulmine face à un tel gaspillage d’argent. « Le réseau de la santé public connaît de multiples problèmes. Parmi ceux-ci, l’organisation du travail et la grave pénurie de main-d’œuvre sont criants. Nos professionnelles de la santé sont à bout de souffle. De façon récurrente, le gouvernement du Québec et les gestionnaires des centres de santé et de services sociaux nous chantent la même chanson : que les budgets sont limités et qu’il n’y a par d’argent supplémentaire. Il va falloir qu’on cesse de nous prendre pour des valises. La privatisation du réseau de la santé ne servira que les promoteurs du privé. Peut-on dire, une fois pour toute, la vérité à la population québécoise? », de conclure madame Bonamie

Profil de la FIQ

Le 1er décembre 2006, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) a adopté un nouveau nom soit, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. La FIQ représente 57 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires.