FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

L’assemblée de la FFQ : Nous y étions!

Lettre ouverte envoyée le 14 mai 2009 pour publication aux quotidiens : La Presse, Le Devoir et le Soleil.

Oui, nous étions à l’assemblée générale spéciale de la Fédération des Femmes du Québec! Nous femmes provenant de groupes de femmes locaux, régionaux et nationaux, groupes communautaires, représentantes de comités de condition féminine d’organisations syndicales. Nous étions plus d’une centaine de femmes de toutes les régions du Québec : de l’Outaouais à la Gaspésie, de l’Estrie au Nord-du-Québec, de Montréal à la Côte-Nord, de la Montérégie à Québec et de l’Abitibi au Bas-St-Laurent. Nous sommes des femmes athées et des femmes de différentes traditions religieuses. Nous nous sommes reconnues pour avoir mené ensembles des luttes contre les violences faites aux femmes, pour le libre choix en matière de maternité, pour l’équité salariale, pour l’égalité et la justice sociale.

Cette assemblée n’est pas sortie d’un chapeau par magie. C’était le fruit d’une réflexion qui s’est étalée, pour certaines, sur une période de deux ans. Des dizaines de femmes sont venues aux microphones au cours de l’assemblée pour exprimer leurs points de vue, leurs perceptions et leurs craintes, et partager leurs valeurs et leurs espoirs, animées par un réel souci de prendre la meilleure décision pour l’égalité des femmes au cours d’un débat respectueux et plein de nuances.

Cette assemblée s’est soldée par un vote très majoritaire en faveur de la recommandation présentée par le conseil d’administration de la FFQ, soit de s’opposer à l’obligation qui est faite aux femmes de porter des signes religieux ici et ailleurs dans le monde et de s’opposer également à l’interdiction du port de ces signes au sein de la fonction et des services publics québécois, à l’exception des personnes exerçant des métiers ou professions où la sécurité exige l’interdiction ou la restriction de certains signes religieux.

En somme : NON à l’obligation, NON à l’interdiction.

Nous qui étions présentes considérons que cette assemblée fût un bel exemple de démocratie, bien loin de la dictature de la pensée unique.

Nous avons répété à maintes reprises pendant l’assemblée notre engagement pour l’égalité des femmes contre toutes les formes d’intégrismes, religieux ou autres, contre les violations des droits des femmes justifiées par le relativisme religieux ou culturel partout dans le monde. Nous avons réitéré notre engagement infaillible contre toutes les violences pratiquées envers les femmes. A-t-on besoin d’en dire plus?

Signataires :

  • Louise Beaudry, Centre de femmes Avec des Elles
  • Michèle Boisclair, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ
  • Rolande Clément, Regroupement provincial des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale
  • Marie-Thérèse Forest, Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie et des Îles
  • Nathalie Goulet, Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail – CIAFT
  • Carole Lejeune, Centre de solidarité lesbienne – Montréal
  • Sylvie Lévesque, Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ)
  • Manon Massé, Centre des Femmes de Laval
  • Josiane Oscar, Association des femmes immigrantes de l’Outaouais
  • Suzanne Tremblay, Table de concertation des groupes de femmes du Bas Saint-Laurent