FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIQ exhorte le ministre Bolduc de profiter de son 19e  trou d’aujourd’hui pour rappeler à l’ordre le CSSS Cœur-de-l’Île

Montréal, le 14 septembre 2009  –  Le 6 août dernier, le CSSS Cœur-de-l’île de Montréal lançait un appel d’offres entre 500 milles et 5 millions de dollars sur trois ans, renouvelable annuellement pour deux ans, pour du personnel en soins provenant d’agences privées. Ainsi, ce CSSS prévoit éventuellement confier à du personnel d’agences privées plus de 195 000 heures de travail ce qui représente environ 125 postes à temps complet.

« Alors que l’employeur du CSSS Cœur-de-l’Île ne veut pas créer de postes permanents pour son personnel temporaire ni des postes de qualité, il compte embaucher 19 infirmières provenant de la France avec des garanties de travail à temps complet et de meilleures conditions pour au moins un an et même plus. Exactement ce qu’il refuse à son propre personnel. Il est clair que l’administration de ce CSSS privilégie le personnel d’appoint à grands frais plutôt que son propre personnel. Quels intérêts se cachent derrière cette orientation? », a déclaré Ginette Bédard, présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS Cœur-de-l’Île – FIQ.

Pourtant, le 7 mars dernier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Yves Bolduc, affirmait à La Presse qu’il était préférable qu’on fasse appel le moins possible aux agences privées et d’avoir du personnel permanent dans les établissements.

« Si le ministre estime qu’il faut minimiser le recours au personnel d’agences privées, comment peut-il permettre qu’un CSSS lance un appel d’offres d’une telle importance? D’autant plus en sachant que certaines agences ne prennent même pas la peine de vérifier la compétence du personnel qu’elles embauchent. Dans certains cas, elles réfèrent aux établissements du personnel sans permis d’exercice. Comment garantir la qualité des soins dans ces circonstances », s’insurge Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec — FIQ.

Dans ce contexte, il est étonnant que le ministre Bolduc participe aujourd’hui même à un tournoi de golf afin d’amasser des fonds pour la Fondation de l’Hôpital Jean-Talon, un des établissements du CSSS Cœur-de-l’Île. Ce tournoi, à 300 $ par participant avec souper gastronomique, a lieu au chic Club de golf Islesmere de Laval.

« En participant à cette levée de fonds, le ministre cautionne les choix du CSSS Cœur-de-l’Île et de ses établissements. Alors que ce CSSS défie de façon éhontée les directives du ministre, celui-ci fait comme si ça n’existait pas et collabore pour ramasser des fonds. C’est une insulte à toutes ces professionnelles en soins qui travaillent d’arrache-pied pour maintenir la qualité des soins dans des conditions épouvantables. Le ministre doit au moins se servir du 19e trou pour rappeler à l’ordre la direction du CSSS », de conclure Régine Laurent.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. La FIQ représente plus de 57 000 membres dont les professionnelles en soins et cardiorespiratoires du CSSS Cœur-de-L’Île.