FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIQ somme le ministre Bolduc de cesser de faire la sourde oreille à la situation non sécuritaire des professionnelles en soins enceintes

Montréal, le 7 octobre 2009  –  Questionné hier en chambre par l’opposition officielle, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, a déclaré que :

« Au niveau du H1N1, c’est la Santé publique qui détermine les conditions de retrait préventif et de réaffectation. Tant dans le cas des travailleurs de l’éducation que dans le cas des travailleurs de la santé, tout a été balisé et tout a été informé. Et je peux vous dire que la première personne concernée, c’est la patiente elle-même, qui rencontre son médecin, et les indications sont très claires : le moindre risque, elle doit être retirée de son milieu de travail ».

Le ministre prétend que tout le monde a été informé des balises données par la Santé publique sur l’application prioritaire du programme de retrait préventif pour les travailleuses des réseaux scolaire et de la santé. Pourtant, les employeurs ne prennent pas au sérieux la santé et la sécurité des professionnelles en soins enceintes en les réaffectant à des postes qui présentent des risques. Face au comportement de leur employeur, ces salariées doivent s’engager dans une longue bataille pour faire valoir leur droit en continuant d’être exposées aux risques de contamination.

« Le ministre Bolduc a tout faux quand il dit que tout le monde est informé puisque les employeurs du réseau de la santé jouent actuellement avec la santé des professionnelles en soins enceintes. C’est sa responsabilité de s’assurer que les mesures soient prises pour la protection de la santé de ces femmes et de leur enfant à naître. Le ministre ne peut remettre de la sorte ses responsabilités sur les épaules de ces salariées. S’il est sérieux quand il dit que « c’est la maternité sans danger pour la femme; on veut la protection du fœtus, la protection de la mère », il va donner des directives claires et s’assurer que les employeurs les suivent correctement », a déclaré Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. La FIQ représente plus de 58 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires.