FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Négociation des professionnelles en soins

Jeudi, 29 octobre, la FIQ a déposé ses demandes sectorielles au gouvernement du Québec. Pour Régine Laurent, présidente de la Fédération, le contenu des demandes sectorielles poursuivra la tradition de négociation à la FIQ. « Nos demandes sont audacieuses, novatrices et elles ont toutes le même objectif : permettre aux professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires d’exercer leur profession dans des conditions de travail qu’elles méritent depuis très longtemps ».

Le virage proposé par la Fédération offre une solution globale pour consolider le réseau public. « L’aménagement du temps de travail aura des effets bénéfiques sur les professionnelles en soins, mais il contribuera également à l’amélioration de la qualité des services offerts à la population québécoise. Les usagers du système de santé public auront la chance de côtoyer des professionnelles en nombre suffisant, en santé et motivées. Tout le monde y gagnera, les membres de la FIQ, le gouvernement du Québec et la population », de poursuivre la présidente.

Trois autres priorités

Outre l’aménagement du temps de travail, le projet de convention collective touchant les demandes sectorielles vise trois autres priorités soient : la reconnaissance des inconvénients liés au travail dans le milieu de la santé, la reconnaissance des responsabilités et finalement la reconnaissance de la formation additionnelle.

[ Les priorités sectorielles de négociation ]

[ Lire le communiqué de presse ]