FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Un rapport accablant pour le gouvernement : la FIQ dénonce l’incompétence du ministre Bolduc

Montréal, le 23 janvier 2012  —  À la lumière du rapport rédigé par la Protectrice du citoyen, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ juge que l’empressement injustifié du ministère de la Santé et des Services sociaux, ayant mené au transfert en décembre 2010 de 60 usagers provenant de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur vers le Centre multivocationnel Claude-David en moins de dix jours ouvrables, a vraisemblablement joué un rôle important dans le décès de 18 personnes âgées qui étaient dans un état stable avant leur transfert.

« Ce rapport est une illustration plutôt macabre de ce que la FIQ dénonce depuis trop longtemps : les personnes âgées font encore et toujours les frais d’une gestion déshumanisante, improvisée et à courte vue du gouvernement libéral », de déclarer Régine Laurent, présidente de la FIQ.

Lyne Bouchard, présidente du syndicat représentant les infirmières et infirmières auxiliaires du CSSS du Sud de Lanaudière, déjà bien au fait du dossier, avait dénoncé il y a quelques mois cette situation inhumaine et avait alerté l’opinion publique sur cette catastrophe évitable. « Combien de cas malheureux faudra-t-il pour que le gouvernement Charest mesure les conséquences d’une gestion qui semble considérer les personnes âgées comme une marchandise, comme un numéro sur un poste budgétaire? », de s’indigner madame Bouchard.

« Cette situation malheureuse fait également état du manque de vision du gouvernement Charest à l’égard des personnes âgées en perte d’autonomie. Alors que cet enjeu représente un défi majeur pour la société québécoise, l’action de ce gouvernement s’est limitée à la diminution de lits dans le réseau public ainsi qu’au développement anarchique de ressources intermédiaires et de CHSLD en PPP redevable à ses actionnaires en premier lieu », de poursuivre madame Laurent.

Afin d’éviter que de tels drames ne se reproduisent, la FIQ implore le gouvernement de développer un réseau d’hébergement de personnes âgées en perte d’autonomie axé prioritairement sur le bienêtre des usagers et sur la qualité des soins et des services.

Par ailleurs, en ce qui a trait au désengorgement des urgences, problème important et bien réel, on attend toujours le développement concret d’un réseau de soins de première ligne digne de ce nom, de même qu’une véritable stratégie de prise en charge des maladies chroniques. « Si ce gouvernement investissait autant de ressources et d’énergie pour les personnes âgées qu’il en déploie à développer un pont d’or pour le Nord, il pourrait sans aucun doute remédier à cette situation rapidement », de conclure Régine Laurent.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente près de 60 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.