FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le directeur général de l’établissement balaie d’un revers de main les propositions syndicales

Dolbeau-Mistassini, le 3 avril 2012  —  Profitant du passage de Daniel Gilbert, vice-président de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, les représentantes du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSICR) du CSSS Maria-Chapdelaine ont demandé à rencontrer le directeur général afin de lui soumettre des propositions visant à améliorer la situation financière de l’établissement. Visiblement indisposé par la présence d’un représentant de la FIQ, Normand Brassard a entendu les propositions étoffées des porte-paroles syndicales, mais les a balayées d’un revers de main. « Nos membres ont unanimement rejeté le plan d’optimisation présenté par la direction générale le 28 février dernier. Nous voulons participer au règlement de la problématique vécue dans l’établissement, mais il est hors de question que les professionnelles en soins et la population fassent les frais du plan d’équilibre budgétaire proposé par l’employeur », a précisé monsieur Gilbert.

Se disant insatisfait des propositions syndicales, monsieur Brassard est même allé jusqu’à offrir le choix entre la fusion des centres d’activités et des coupures de postes. Dans ce contexte, la FIQ et le SPSICR ont refusé de participer à un comité de travail visant à actualiser la fusion. « Cette avenue est carrément inacceptable pour nous », a indiqué Pauline Paradis, présidente du SPSICR.

« C’est un vrai coup de dés! Comment une direction peut-elle prendre une décision de cette ampleur sans en mesurer les conséquences? Quel mépris pour les professionnelles en soins! », a ajouté madame Paradis. « La fusion des centres d’activités compromettrait les services offerts aux gens de Dolbeau-Mistassini, puisqu’elle aurait des impacts très négatifs sur les conditions de travail des professionnelles en soins, notamment sur la stabilité des équipes de travail », a mentionné le vice-président de la FIQ.

Les représentantes du SPSICR rencontreront leurs membres demain, alors que se tiendra l’assemblée générale annuelle du syndicat. « Nous ne manquerons pas de leur décrire le climat dans lequel s’est déroulée la rencontre d’aujourd’hui. Ce sera aussi l’occasion idéale de discuter des actions à venir », a conclu madame Paradis.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente près de 60 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.