FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

« La direction joue avec la sécurité des patients » — Pauline Paradis, présidente du SPSICR

Dolbeau-Mistassini, le 24 mai 2012 – C’est avec une indignation absolue que, le 22 mai dernier, les représentantes du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSICR) du CSSS Maria-Chapdelaine ont assisté à l’adoption unanime d’un plan d’optimisation par le conseil d’administration de leur établissement. « La population et les professionnelles en soins ne doivent pas faire les frais de la mauvaise gestion administrative de l’établissement. Pourtant, la direction joue avec la sécurité des patients et celles qui leur prodiguent des soins refusent d’être complices », affirme Pauline Paradis, présidente du SPSICR.

La direction et le Syndicat étaient parvenus à s’entendre sur les objectifs du plan d’optimisation, mais des désaccords majeurs quant aux moyens à mettre en œuvre ont eu raison des discussions. « L’employeur souhaite notamment supprimer un poste d’infirmière de nuit au département d’obstétrique et y instaurer un système de garde. Si une urgence se présente, on peut se demander qui s’occupera du reste du département. C’est la vie des gens qui est en danger s’il se produit quelque chose. C’est incroyable que le directeur des soins infirmiers endosse cette mesure », s’indigne madame Paradis.

Depuis le début des pourparlers avec la direction, le SPSICR n’a cessé de rappeler que la stabilité des équipes de soins contribue, pour beaucoup, à la qualité et à la sécurité des soins et des services offerts à la population et, ultimement, à des économies importantes. « La direction fait preuve d’une arrogance inouïe à l’égard du Syndicat et des employées. Elle s’entête à conserver un statut de temps partiel pour la majorité des professionnelles en soins, ce qui fait qu’elles se promènent un peu partout sur les départements plutôt que de développer une expertise », mentionne la présidente.

Par mesure de contestation, les membres du SPSICR ont voté l’arrêt de la garantie d’emploi. « Nos membres préfèrent avoir de bonnes conditions de travail plutôt qu’une quelconque garantie d’emploi », précise Pauline Paradis. « De toute façon, la direction peut maintenir la garantie d’emploi sans l’accord du Syndicat. Je trouve ça terrible qu’on veuille nous faire porter l’odieux de la situation », ajoute-t-elle.

Le SPSICR promet de s’objecter avec éclat à l’adoption du plan d’optimisation. « La direction n’a encore rien vu. Nous allons sortir la hache de guerre et démontrer que les services sont en danger », conclut madame Paradis.

Rappel des évènements

En février dernier, la direction du CSSS Maria-Chapdelaine présentait un plan d’optimisation prévoyant entre autres la fusion des centres d’activités de l’établissement. Forte du rejet unanime de ce plan par ses membres, le SPSICR soumettait, quelques jours plus tard, des propositions visant à améliorer la situation financière du CSSS et à accroitre la stabilité des équipes de soins. Ses propositions étant balayées d’un revers de main par le directeur général, le Syndicat a ensuite refusé de participer au comité de travail visant l’actualisation de cette fusion. Les échanges ont repris entre le SPSICR et la direction lorsque cette dernière a finalement mis de côté son projet de fusion.

Le 16 mai dernier, les représentantes du SPSICR ont décidé de cesser les discussions avec la direction quand elles ont pris connaissance des moyens qu’elle proposait pour la mise en œuvre de son plan d’optimisation. Bien que celui-ci ne comprenne plus la fusion des centres d’activités, le SPSICR s’y oppose fermement.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente près de 60 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.