FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Élections 2012 – Les 345 000 travailleuses et travailleurs de l’État veulent des réponses

Montréal, le 9 août 2012 – Le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP) dont la mission première s’articule autour de la défense et de la promotion des services publics offerts à la population québécoise, suit avec grande attention la présente campagne électorale.

Afin de permettre à ses 345 000 membres ainsi qu’à la population en général de mieux comprendre les enjeux de cette campagne électorale, le SISP a soumis hier six questions aux partis politiques. Elles traitent bien sûr de santé et d’éducation, mais aussi de gouvernance, de sous-traitance et de fiscalité, des sujets qui préoccupent grandement les travailleuses et travailleurs de l’État.

Cette première semaine de campagne a été dominée par les thèmes de la corruption et de la crise étudiante. Dans ce contexte, le SISP souhaite que les partis mettent à l’avant-plan la qualité et l’intégrité des services publics. « Ils sont la pierre angulaire du mieux vivre ensemble et d’une meilleure redistribution de la richesse. Dans le cadre de cet important exercice démocratique, les partis doivent prendre position » rappelle monsieur Richard Perron, porte-parole du SISP.

Voici les questions qui ont été soumises aux partis :

  1. Au regard des compressions des dernières années, qu’est-ce que votre parti entend faire pour assurer un financement adéquat du réseau public d’éducation?
  2. Votre parti s’engage-t-il à assurer le développement d’un nombre suffisant de nouvelles places à contribution réduite en services de garde pour combler les besoins de toutes les familles de l’ensemble des régions du Québec? Est-ce que votre parti s’engage à ce que toutes ces places soient attribuées au réseau des CPE et des garderies en milieu familial subventionnées?
  3. La taxe santé est-elle une bonne façon de financer le réseau de la santé ? Pourquoi ?
  4. Est-ce que votre parti s’engage à ne plus recourir aux partenariats public-privé (PPP) et ce, pour la construction, la gestion et la prestation de services?
  5. L’utilisation abusive de la sous-traitance coûte une véritable fortune au trésor québécois, alors que la qualité est très souvent loin d’être au rendez-vous. Avez-vous l’intention d’exercer un contrôle serré et de réduire les coûts excessifs de la sous-traitance dans le secteur public? Entendez-vous réinvestir dans le développement de l’expertise du personnel interne (Embauche, formation en emploi, classification, etc.) et de quelle façon?
  6. La CIBC possède plusieurs filiales situées dans les paradis fiscaux, ce qui lui a permis d’ « économiser », selon ses propres rapports annuels, 1,4 milliard de dollars en impôts aux autorités fédérales et provinciales du Canada entre 2007 et 2011. Est-ce que votre formation politique considère cette pratique acceptable? Et pourquoi?

Les réponses des partis politiques seront diffusées intégralement sur le site internet et sur la page Facebook du SISP de même que sur ceux de ses organisations membres.