FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Renforcement de la première ligne de soins : Un pas a été franchi. Continuons!

Je me réjouis de constater que, du plan d’action annoncé dimanche dernier par le ministre de laSanté et des Services sociaux, Réjean Hébert, se dégage une vision qui rejoint ce que prône laFIQ depuis maintenant plusieurs années. Qu’enfin un ministre fasse le choix de travailler aurenforcement de la première ligne de soins d’une manière qui réduira inévitablement lapression sur les urgences et le reste du réseau, c’est plus qu’une bonne nouvelle, c’est unevéritable bouffée d’air frais!

Au fil des ans, le réseau québécois de la santé a vu se succéder une série de réformes qui, danscertains cas, n’ont pas donné les résultats escomptés et ont davantage fragilisé un système enmanque d’oxygène et découragé la relève.

Si certaines mesures, comme la Loi 90, répondaient en partie aux besoins des professionnellesen soins afin de leur permettre d’exploiter au maximum leurs capacités et leurs compétences, laforte résistance du corps médical et le manque de volonté politique auront fait en sorte qu’iln’aura jamais été possible d’en tirer le plein potentiel.

Aujourd’hui, c’est un fait reconnu : la prévention, une meilleure prise en charge du patient et unsuivi adéquat dans la communauté entrainent invariablement une diminution des besoinsd’hospitalisation. Ainsi, l’amélioration de l’accès et de la continuité des soins passeranécessairement par une pratique interdisciplinaire, où toutes et tous au sein de l’équipe desoins travaillent ensemble, avec des moyens comparables et dans un même objectif.

J’encourage donc le ministre Hébert à poursuivre dans la voie sur laquelle il semble s’êtresolidement engagé, tout en lui rappelant l’importance de faire tomber les barrières quialimentent inutilement les « guéguerres » futiles qui sévissent encore dans le réseau de la santé.

Je salue l’implication du président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, DrLouis Godin. L’appui qu’il a manifesté au plan d’action pour le renforcement de la première lignede soins démontre son engagement à travailler à la mise en place de solutions durables. Nuldoute qu’il aura fort à faire auprès de certains de ses membres afin de les sensibiliser à lanécessité d’instaurer une véritable culture de collaboration. Connaissant le Dr Godin, je suisconfiante qu’il y parviendra.

J’invite les collègues du ministre Hébert à l’Assemblée nationale, tous partis politiquesconfondus, à considérer sérieusement ce projet et à y apporter une contribution positive. Lapopulation du Québec a déjà trop attendu. Il est grand temps qu’on passe à l’action en faveurd’un système de santé public de qualité, universel et accessible à toutes et à tous.

Assurer la pérennité du système de santé public que se sont donnés les Québécois-es, c’est unetâche qui peut sembler bien grande. La solution est pourtant si simple : la bonne personne à labonne place et l’assurance pour chacune et chacun de disposer de moyens qui lui permettrontde jouer pleinement son rôle, dans le respect des compétences et de l’expertise de l’autre, pourle plus grand bien de la population. Un pas a été franchi. Continuons!