FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Les conclusions du rapport annuel de la protectrice du citoyen sur les conséquences des compressions en santé confirment ce que la FIQ dénonce depuis longtemps

Montréal, 25 septembre 2013 – La FIQ est satisfaite que la protectrice du citoyen,Raymonde Saint-Germain, mette en lumière le désengagement de l’État dans les services aux citoyens, particulièrement dans les soins de santé, et souligne par le fait même les effets néfastes concrets que cette situation entraîne pour les usagers.

« Cela fait des années que la FIQ dénonce les compressions dans les budgets dédiés à la santé. Comment peut-on imaginer que ces coupures n’auront pas d’incidence sur les services de santé offerts à la population? », questionne Régine Laurent, présidente de la FIQ. « L’État se décharge de ses responsabilités en confiant le sort de personnes hautement vulnérables à des entreprises privées sans veiller à assurer un contrôle rigoureux de la qualité des services », poursuit Mme Laurent.

D’ailleurs présente hier à la réunion du conseil d’administration du CSSS d’Ahuntsic et Montréal-Nord pour dénoncer les compressions majeures qui y ont été faites, Mme Laurent a vertement critiqué les conséquences que ces coupures ont, au quotidien, sur les soins à domicile des personnes âgées. « Non seulement les professionnelles en soins ne peuvent plus répondre à la demande dans les établissements, mais aussi les personnes qui ont besoin de soins se retrouvent dans une situation intenable », a-t-elle fait valoir.

La Fédération souhaite maintenant que le gouvernement prenne acte des conclusions et des recommandations de la Protectrice du citoyen et qu’il agisse rapidement de manière à offrir aux citoyens des services publics de qualité auxquels ils sont en droit de s’attendre.