FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Lucie Tremblay présente ses excuses aux infirmières

« Nous sommes satisfaites de l’évolution de la situation. Madame Tremblay est venue nous rencontrer, nous avons fait le point sur la situation et elle nous a présenté les excuses que nous attendions », explique Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ.

Alors qu’elles étaient réunies à Laval dans le cadre d’un conseil fédéral, la présidente de la FIQ et des représentantes de ses syndicats affiliés ont eu l’occasion d’échanger avec la présidente-directrice générale de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec – OIIQ. En plus de revenir sur les récentes déclarations de Lucie Tremblay, qui ont causé une onde de choc dans l’ensemble de la profession infirmière, notamment au Saguenay–Lac-Saint-Jean, il a été question de la position de la Fédération au regard de la formation initiale des infirmières. « J’ai rappelé à madame Tremblay que la FIQ n’a jamais été contre le baccalauréat, que c’est plutôt contre son obligation comme porte d’entrée à la profession que nous en avons », mentionne Régine Laurent.

Au cours des derniers jours, Lucie Tremblay a fait parvenir une lettre à la présidente de la FIQ où elle se disait désolée d’avoir blessé certaines infirmières et lui demandait de l’excuser auprès de ses membres. « Ce n’était pas suffisant. Nous lui avons donc demandé de venir nous rencontrer à Laval », ajoute Pauline Paradis, présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSICR) du CSSS Maria-Chapdelaine.

« Lucie Tremblay s’est excusée pour ses propos. Elle s’est aussi engagée à recommuniquer, par courriel, avec les membres de l’OIIQ à qui elle avait précédemment envoyé un message, mais qui n’avait pas suffi à calmer les esprits », mentionne Martine Côté, présidente du Syndicat des professionnel(le)s en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSIC) du CSSS de Chicoutimi. « Elle a également promis de retirer sa mise en demeure », précise d’une même voix Sandra Chiasson, présidente par intérim du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSICR) du CSSS Domaine-du-Roy, et Audrey Blackburn, présidente du Syndicat des Professionnelles en Soins de Santé Lac Saint-Jean-Est.

La pétition lancée le 16 novembre dernier n’est donc plus en ligne, mais les représentantes syndicales tiennent à remercier toutes les personnes qui ont témoigné leur appui aux infirmières en la signant.

Communiqué émis conjointement par la FIQ et ses syndicats affiliés du Saguenay-Lac St-Jean (Syndicat des professionnel(le)s en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS de Chicoutimi, Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires du CSSS Maria-Chapdelaine, Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires du CS Domaine-du-Roy, Syndicat des professionnelles en soins de santé Lac Saint-Jean-Est)