FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Appui de la FIQ à la lutte des infirmières de la Nouvelle-Écosse

Par courriel
Montréal, le 4 avril 2014

Madame Joan Jessome
Présidente du comité exécutif
Nova Scotia Government and General Employees Union (NSGEU)
255, avenue John Savage
Dartmouth, Nouvelle-Écosse  B3B 0J3

Objet : Appui de la FIQ à votre lutte

Madame,

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ, qui représente 62 000 professionnel-le-s en soins au Québec, tenait à vous exprimer toute sa solidarité dans le conflit qui vous oppose actuellement à votre gouvernement.

D’une part, la bataille que vous menez pour revendiquer des soins sécuritaires et de qualité pour les patients est également un enjeu de nombreuses luttes que la FIQ a menées au cours des années et qu’elle entend poursuivre. Comme professionnel-le-s en soins, nous savons que la présence d’un nombre de soignant-e-s en juste proportion des patients à soigner est l’un des moyens, parmi les plus déterminants, à mettre de l’avant pour assurer des soins de qualité à nos patients, de même que de meilleures conditions de travail et d’exercice professionnel, pour les soignant-e-s. D’ailleurs, cette revendication est portée par de nombreuses organisations avec lesquelles la FIQ collabore à travers le monde.

D’autre part, il existe un paradoxe important dans la loi sur les services essentiels déjà en vigueur au Québec, loi de même nature que celle que souhaite faire adopter votre gouvernement. Alors que la loi impose aux syndiqué-e-s, lors de moyen de pression ou de grève, le respect d’un pourcentage minimal de ressources professionnelles, en dehors de  périodes de conflit de travail, les employeurs vont très souvent prévoir moins de personnel que le minimum exigé par les dispositions sur les services essentiels, sans jamais craindre des réprimandes de la part du gouvernement. En effet, la bonne volonté de nos gouvernements de protéger le public par l’instauration de ratios patients/professionnel-le en soins disparaît en dehors des périodes de conflit de travail.

Ainsi, soyez assurée que la FIQ vous appuie dans votre lutte pour l’instauration de ratios patients/professionnel-le en soins assurant des soins sécuritaires et de qualité et vous encourage à poursuivre cette bataille des plus importantes.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs,

La présidente,

Régine Laurent