FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Les professionnelles en soins du CLSC Métro manifestent contre les compressions budgétaires

Montréal, le 03 juillet 2014 –  Après avoir manifesté au CLSC Parc-Extension et au CLSC Côte-des-Neiges, les infirmières, les infirmières auxiliaires, et les inhalothérapeutes ainsi que d’autres catégories professionnelles ont manifesté au CLSC Métro pour dénoncer les coupures de 1,2 million qui sont projetées au Centre de santé et de services sociaux de la Montagne pour l’année 2014-2015.

C’est suite aux annonces du directeur du CSSS et au budget du gouvernement libéral que les professionnelles en soins ont voulu réagir. En effet,  le 29 mai dernier, le directeur du CSSS de la Montagne a annoncé par le biais d’une note de service les diminutions du budget 2014-2015 : 963 000 $ seront amputés aux services directs à la population, affectant ainsi toutes les catégories d’emplois. Le CLSC Métro dessert la partie ouest du Centre-ville de Montréal où la population est très diversifiée. Ainsi, on y retrouve aussi bien des personnes aux prises avec des problèmes de toxicomanie que des personnes âgées habitant Westmount.

« Pour les professionnelles en soins, cela signifie 4 postes d’infirmières en moins, mais aussi des heures de travail non remplacées. L’employeur coupe également dans le recours à la main-d’œuvre indépendante (MOI). Ce dernier point serait positif, si l’on engageait des professionnelles pour remplacer ce personnel de l’extérieur qui constituait 17,2 % de la main-d’œuvre pour l’exercice 2011-2012. Ce n’est pas le cas même si le recours à la MOI a diminué. Comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises,  ces heures non remplacées entraîneront une surcharge de travail pour l’ensemble des travailleuses et une diminution de l’accessibilité aux services», déclare Line Larocque, 1re vice-présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ. 

Les autres salarié-e-s du CSSS sont aussi touché-e-s comme les travailleurs sociaux, les ergothérapeutes, les physiothérapeutes et les nutritionnistes, ainsi que les services administratifs. « C’est très inquiétant, le Directeur parle de changements structurels afin de soutenir à long terme les compressions budgétaires. Ce vocabulaire laisse présager qu’on réorganisera peut-être l’offre de services à l’extérieur du réseau public. Pourtant le CSSS dessert des quartiers de Montréal, comme Parc-Extension, Côte-des-Neiges et le centre-ville, où les besoins sont criants et où la population n’a pas vraiment les moyens financiers de se tourner vers d’autres ressources. De plus, les services d’Info-Santé seront touchés alors que l’on sait qu’ils ont pour fonction de conseiller, orienter et rassurer la population. Cela pourrait accentuer l’engorgement dans les salles d’attente des CLSC et des hôpitaux », ajoute Line Larocque.

À propos de la FIQ

Le syndicat des professionnelles en soins du CSSS de la Montagne représente près de 360 membres et est affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente plus de 62 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.