FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Je suis très fière de ce que nous avons accompli!

J’adresse ce billet aux militantes de la FIQ qui ont mené une campagne exemplaire lors de la période de changement d’allégeance syndicale qui vient de se terminer.

Cette période de changement d’allégeance syndicale, comme toutes les autres d’ailleurs, n’a pas été de tout repos. Cependant, si le maraudage peut s’avérer éprouvant et occasionner beaucoup de tension sur le terrain, n’oublions pas qu’il s’agit également d’une étape essentielle pour la démocratie d’une organisation syndicale. C’est une occasion unique pour les travailleuses et travailleurs syndiqué-e-s de réaffirmer leur allégeance syndicale ou encore, pour certain-e-s, de la remettre en question afin de faire les choix qui s’imposent pour être représenté-e-s, le mieux possible, en vue de la négociation de leur prochaine convention collective.

Grâce à votre patience, votre ténacité et la maturité de vos interventions, la grande famille de la FIQ représente maintenant près de 65 000 membres. Cela fait de notre organisation la plus grande force syndicale dans le réseau de la santé. Ce gain signifie beaucoup pour moi. D’abord, il me rappelle, encore une fois, que j’ai fait le bon choix en acceptant, il y a 5 ans, la présidence de la FIQ. Il me convainc aussi que le travail que nous accomplissons ensemble, chaque jour, est celui qu’on attend de nous. Mais plus important encore, j’ai maintenant la certitude que notre attitude, notre vision et le leadership dont nous faisons preuve depuis des lustres est probablement la seule bonne façon de changer les choses par l’action syndicale.

Pendant que d’autres organisations syndicales s’éventraient à essayer de nous discréditer, à attaquer notre bilan et à chercher, par tous les moyens, à nous prendre en défaut, vous avez maintenu le cap. Vous avez résisté à la tentation de jouer leur jeu et vous vous en êtes tenu à une campagne positive, constructive et factuelle tout en faisant preuve d’une éthique syndicale exemplaire.

Pour toutes ces raisons, j’aimerais vous remercier et vous dire à quel point je suis fière de vous et que je me sens honorée d’être votre porte-parole. Vous pouvez maintenant vous accorder quelques jours de repos bien mérités. D’autant plus que l’automne s’annonce déjà des plus mouvementés.