FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Dépôt des offres sectorielles du gouvernement – «Absence de vision et de solutions» selon Régine Laurent, présidente de la FIQ

Québec, mardi 16 décembre 2014 – « Nous avons proposé au gouvernement des solutions pour améliorer le système de santé et aujourd’hui il nous répond que ça ne l’intéresse pas. Il nous répond que par de vagues objectifs généraux et ne propose aucune solution concrète et aucune vision. Avec le temps qu’il a eu pour se préparer, c’est un travail bâclé. Avec ce que le Conseil du trésor nous a proposé hier, on ne peut que s’attendre à une volonté du gouvernement de couper encore dans nos conditions de travail. » C’est en ces mots que la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ a réagi aujourd’hui aux offres sectorielles du gouvernement en matière de santé et de services sociaux.

« On nous dit depuis des mois qu’on souhaite améliorer l’accessibilité et la qualité des soins, mais aujourd’hui on ne propose rien. Les orientations abstraites du gouvernement nous font craindre le pire pour les conditions de travail des professionnelles en soins. Les infirmières, les infirmières auxiliaires, les inhalothérapeutes et les perfusionnistes tiennent le réseau de la santé à bout de bras et on anticipe une augmentation de leur charge de travail et une diminution de leurs conditions. Et ça, c’est inacceptable! », a ajouté la vice-présidente Nancy Bédard.

« L’attitude du gouvernement est incompréhensible. Nous lui avons tendu la main pour trouver des solutions à l’accessibilité, à la sécurité et à la qualité des soins par l’amélioration des conditions d’exercice des professionnelles en soins, mais il s’entête à gérer la santé en comptable. Le gouvernement nous donne l’impression encore une fois qu’il ne veut pas que notre système public de santé fonctionne », a poursuivi Daniel Gilbert, vice-président de la Fédération.  

Pour améliorer le réseau de la santé, la FIQ a proposé au gouvernement une série de mesures dont l’application de la Loi 90 et l’instauration de ratios professionnelles en soins/patient-e-s. Concrètement, ses revendications sectorielles sont regroupées sous quatre grands thèmes :

  • Thème 1 : La diminution de la charge de travail;
  • Thème 2 : La diminution de la précarité d’emploi;
  • Thème 3 : La bonification des conditions de travail, notamment dans une perspective d’attraction-rétention;
  • Thème 4 : La reconnaissance et la valorisation de la formation.

« Ces offres seront classées dans la rubrique des rendez-vous manqués. Le gouvernement nous dit depuis des lustres qu’il connaît les problèmes, mais il n’apporte aucune solution. Il nous demande des efforts, mais lui n’a pas fait l’effort de répondre à nos pistes de solutions. Aucune réponse aux préoccupations des professionnelles en soins. C’est une déception », a conclu Régine Laurent.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente près de 65 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.