FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le momentum FIQ!

Au cours des derniers mois, nos actions nous ont permis de créer un extraordinaire momentum pour les professionnelles en soins membres de la FIQ. Nous le sentons et nous le voyons, la vaste majorité de la population québécoise est derrière nous et nous appuie dans nos revendications. N’ayons pas peur de le dire!

Concrètement, ce momentum se traduit par un bon rapport de force vis-à-vis le gouvernement. Nous sommes exactement là où nous voulions être.

Notre syndicalisme de propositions, qui se traduit, entre autres, par nos nouveaux modèles et nos solutions aux problèmes du réseau de la santé, nos interventions publiques, notre campagne de publicité, nos dénonciations de situations inacceptables, la culture d’advocacy et notre lutte pour des soins sécuritaires et de qualité pour les patient-e-s, a porté ses fruits. Tout cela nous a permis d’accroître notre cote d’appréciation dans la population et, ce faisant, d’augmenter notre rapport de force. Nous sommes les actrices d’un mouvement crédible et respecté. Nous portons une voix unique, singulière et appréciée dans le débat public. Nous pouvons être fières!

La lutte se poursuit
Malgré tout cela, rien n’est gagné pour autant. Nous faisons face à un gouvernement obtus et têtu. Un gouvernement pour qui l’idéologie conservatrice est érigée en dogme et pour qui le démantèlement des services publics fait figure de projet de société. J’en prends pour preuve les offres sectorielles que le gouvernement nous a enfin remises le 27 mai, cinq mois après le début de la négociation.

Ce sont des offres technocratiques, conçues pour les gestionnaires et non pour les patient-e-s et les professionnelles en soins. Le gouvernement nous fait la démonstration qu’il se fout de trouver de véritables solutions aux problèmes du réseau de la santé et qu’il ne se préoccupe que de nous appauvrir et de nous surcharger encore davantage.

C’est pourquoi nous devons rester mobilisées et accroître nos actions de visibilité. Nous sommes à peu près les seules à se porter à la défense de la qualité et de la sécurité des soins. En ces temps d’austérité généralisée, nous sommes la voix qui se porte à la défense des patient-e-s, nous sommes les défenseurs de notre système de santé public et universel. Nous sommes cette voix qui se fait entendre et qui résonne, mais que bien des gestionnaires et des gens de mauvaise volonté aimeraient voir taire.

Et ils essaient trop souvent de nous intimider et nous imposer le silence. C’est pourquoi nous avons dénoncé récemment l’omerta qui règne dans le milieu de la santé. Jamaisnous ne nous laisserons bâillonner et jamais nous n’accepterons d’être sanctionnées parce que nous avons dénoncé des situations inacceptables pour les patient-e-s et les professionnelles en soins.

Régine Laurent, présidente
Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ

*Texte extrait de la publication FIQ en Action, faisant état des débats et décisions du Conseil fédéral des 25, 26 et 27 mai 2015