FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Négociations 2015 – Un gouvernement nuisible pour la qualité et la sécurité des soins de santé

Rimouski, mercredi le 15 juillet 2015 – Des professionnelles en soins, membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, ont manifesté aujourd’hui devant le CHSLD et l’Hôpital de Rimouski. Elles tenaient à dénoncer les compressions de 17,2 M$ au CISSS du Bas-Saint-Laurent. Elles souhaitaient également sensibiliser la population aux problèmes vécus dans le réseau de la santé du Québec et dénoncer l’impact désastreux des compressions du gouvernement libéral sur la sécurité et la qualité des soins.

« Inévitablement la qualité et la sécurité des soins seront affectées par les compressions imposées au CISSS du Bas-Saint-Laurent. Les citoyens, les patients et les professionnelles en soins de la région feront les frais des décisions idéologiques et absurdes du gouvernement libéral. Nous faisons déjà des miracles avec le minimum, et là, on nous en imposera encore davantage. Il y a des limites! », a déclaré la présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardio-respiratoires de Rimouski – FIQ, Nancy Langlais.    

Un gouvernement nuisible pour le réseau de la santé 

« La gestion libérale du réseau de la santé compromet la qualité et la sécurité des soins. La gestion libérale a pour conséquence directe d’augmenter significativement la surcharge de travail des infirmières, des infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes. Le gouvernement fait augmenter la pression dans le réseau de la santé et crée des tensions nuisibles », a indiqué la présidente de la FIQ, Régine Laurent.

« À la FIQ, nous avons proposé plusieurs solutions au gouvernement pour résoudre les problèmes du réseau de la santé au Bas–Saint-Laurent, notamment l’instauration de ratios professionnelles en soins/patients et la diminution de la précarité d’emploi pour les infirmières auxiliaires, les infirmières et les inhalothérapeutes. Nous lui demandons aussi de permettre aux professionnelles en soins d’exercer l’entièreté de leur champ de pratique ce qui assurerait une meilleure prise en charge des patients et améliorerait l’accessibilité aux soins. Malheureusement, le gouvernement nous propose plutôt des mesures de récupération qui appauvriront les professionnelles en soins et augmenteront la surcharge de travail. Et cela sans compter les coupes de postes qui découleront des compressions libérales. À ce rythme, le gouvernement augmentera la pénurie d’infirmières et d’infirmières auxiliaires et créera le chaos dans le réseau de la santé », a poursuivi la porte-parole de la FIQ pour le Bas-Saint-Laurent, Nancy Langlais.

« La population du Bas-Saint-Laurent juge, à juste titre, que nous sommes la solution aux problèmes d’accessibilité aux soins. Mais pour le moment, le gouvernement fait la sourde oreille et préfère enrichir les médecins et appauvrir les professionnelles en soins. Nous leur demandons de changer de direction avant qu’ils aient saccagé irrémédiablement notre système de santé public », a conclu Régine Laurent.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente plus de 66 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.