FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Soins de santé en Outaouais: La FIQ s’assure du maintien du statut particulier de l’Outaouais en santé

« Au cours des derniers jours, nous avons obtenu l’assurance du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, que le statut particulier de l’Outaouais en santé serait préservé intégralement. C’est une véritable victoire pour les travailleuses et les travailleurs de la santé et pour les patients de la région. Nous sommes vraiment fières que la mobilisation entamée par les professionnelles en soins de la FIQ ait fait reculer le gouvernement sur son intention d’abolir les primes pour les travailleuses et les travailleurs de la santé de l’Outaouais et d’enlever l’autonomie de gestion du fonds de 10 millions de dollars aux autorités de la région. » C’est en ces termes que la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, Régine Laurent, a annoncé aujourd’hui l’entente obtenue avec le ministre de la Santé pour maintenir le statu quo sur le statut particulier.

La FIQ a eu la confirmation du ministre Barrette que le statut particulier de l’Outaouais ne serait plus remis en question et que son financement sera pris à même un budget particulier du ministère de la Santé et des Services sociaux. Cette entente sera signée sous peu. « Les inquiétudes sont maintenant dissipées. La région de Outaouais demeurera attractive pour les emplois dans le secteur de la santé et nous pourrons garder nos travailleuses et nos travailleurs chez nous », a ajouté la co-porte-parole de la FIQ pour l’Outaouais, Lyne Plante.

« C’est toute la région qui sort gagnante du leadership de la FIQ. Nous pourrons maintenir le niveau de qualité des soins pour la population de l’Outaouais et continuer à travailler à hausser cette qualité dans les prochaines années », a poursuivi la co-porte-parole de la FIQ, Sylvie Laframboise.

Postes d’infirmières en dons d’organes et de tissus maintenus : une autre victoire pour la région.

La présidente de la FIQ s’est également réjouie de la décision du CISSS de l’Outaouais de surseoir à la décision d’abolir deux postes d’infirmières affectées aux dons d’organes et de tissus dans la région. « Nous avons là un bel exemple qu’il est possible de changer le cours des choses lorsqu’une population se mobilise. Nous sommes très fières d’avoir pris part à cette mobilisation qui permettra à l’Outaouais de conserver sa position enviable et son expertise unique en matière de dons d’organes et de tissus. Encore une fois, c’est une belle victoire pour les patients de la région en attente d’une greffe », a conclu Régine Laurent.