FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Disparition du commissaire à la santé et au bien-être – « Une autre dérive autocratique du ministre de la Santé. »

Montréal, le 21 mars 2016 – La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ tient à dénoncer la décision du gouvernement de Philippe Couillard, annoncée en catimini, d’abolir la fonction de commissaire à la santé et au bien-être. « Pour nous, c’est clair qu’on assiste à une autre dérive autocratique du ministre de la Santé et des Services sociaux. Maintenant, au gouvernement les ministres seront chargés de s’évaluer eux-mêmes. Fini l’indépendance, terminé l’objectivité! », a déclaré la présidente de la FIQ, Régine Laurent.

La FIQ se questionne sur le moment choisi par le gouvernement pour abolir l’institution. « Comme par hasard, on annonce l’abolition du Commissaire au moment même où celui-ci entreprenait des travaux sur la révision du mode de rémunération des médecins, le Régime des plaintes et l’hébergement de nos personnes âgées. Considérant l’omerta qui sévit dans le réseau de la santé, peut-on vraiment penser que le ministre est apte à analyser objectivement le Régimes des plaintes de son propre ministère? », a ajouté Régine Laurent.

« Nous avons une rencontre de prévue avec le Commissaire le 31 mars prochain. Nous espérons pouvoir échanger sur ses travaux qui sont d’une importance capitale pour évaluer en toute indépendance la performance de notre réseau de la santé. Nous espérons que le premier ministre, qui a lui-même créé l’institution du Commissaire en 2005, ramène son ministre à l’ordre et revienne sur cette décision absurde », a conclu la présidente de la FIQ. 

À propos de la FIQ
La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente plus de 66 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.