FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Pratique professionnelle des infirmières – « Pour le bien des patients, le corporatisme des médecins doit cesser. » — Régine Laurent

Pratique professionnelle des infirmières – « Pour le bien des patients, le corporatisme des médecins doit cesser. » — Régine Laurent

« Aujourd’hui, nous avons encore un bel exemple que le corporatisme des médecins nuit à l’accessibilité, à la qualité et à la continuité des soins. C’est l’ensemble des patients qui souffrent de l’entêtement du Collège des médecins à maintenir le Québec en queue de peloton en ce qui a trait à la pratique professionnelle des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) et de l’ensemble des professionnelles en soins. C’est d’autant plus frustrant que les IPS du Québec sont les mieux formées en Amérique du Nord. Le paternalisme des médecins doit cesser, l’autonomie des IPS doit être enfin reconnue. » C’est en ces termes que la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, Régine Laurent, a réagi aujourd’hui à l’article du Journal Le Devoir Les médecins refusent de déléguer des actes aux « superinfirmières ».

« La FIQ réclame depuis des années que les IPS puissent poser des diagnostics et entreprendre  certains traitements dans le cadre de leur champ de pratique comme cela se fait partout ailleurs au Canada. Un rôle plus grand aux IPS et aux professionnelles en soins permettrait d’assurer une meilleure prise en charge des patients, notamment ceux souffrant de maladies chroniques. C’est pourquoi nous nous réjouissons de la volonté du ministre de la Santé et des Services sociaux de vouloir élargir le champ de pratique des IPS. Le Québec doit rattraper son retard », a poursuivi Régine Laurent.

« On considère néanmoins que le ministre pourrait aller beaucoup plus loin. Tant et aussi longtemps que les médecins seront rémunérés à l’acte, le corporatisme médical sera toujours présent. Et tant et aussi longtemps que la pratique professionnelle des IPS demeurera sous la tutelle des médecins, nous serons confrontés à ce genre d’aberration. Le ministre a le pouvoir de corriger cette situation et nous lui demandons de le faire dans l’intérêt des patients et du réseau de la santé », a conclu la présidente de la FIQ.

À propos de la FIQ

La Fédération représente plus de 66 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires, soit la grande majorité des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques œuvrant dans les établissements publics québécois.