FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Pour Noël, une action surprise de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue : quand être professionnelle en soins n’est plus un cadeau

Pour Noël, une action surprise de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue : quand être professionnelle en soins n’est plus un cadeau

Dans le but de souligner la fin d’une année difficile pour les professionnelles en soins, les membres de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue ont aujourd’hui participé à une manifestation surprise devant les bureaux administratifs du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT). À cette occasion, des infirmières auxiliaires, des infirmières et des inhalothérapeutes sont venues déposer un sapin et des cadeaux destinés à la direction du CISSS-AT, lui demandant de ne pas les oublier pour l’année à venir.

Une liste de sacrifices

Pour la période 2015-2016, les membres de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue ont constaté une détérioration importante des façons de faire de l’employeur. Non-respect de la convention collective, favoritisme à l’endroit des entreprises privées de placement en soins et des infirmières recrutées à l’étranger au détriment du personnel régulier, lettre de menaces et remise en question de la loyauté des salariées, dénigrement et atteinte à leur intégrité lors d’entrevues accordées aux médias, en voilà seulement quelques exemples.
« Alors que, de l’aveu même de son PDG, les efforts de la direction du CISSS-AT ont été concentrés sur la gestion plutôt que sur la qualité et la sécurité des soins, les professionnelles en soins sont venues remettre des paquets contenant la liste des sacrifices qu’elles ont dû faire, pendant l’année, afin de pallier ces décisions purement administratives et préserver la prestation de soins de santé en région. Au nombre de ces sacrifices, on peut mentionner le sommeil, le temps passé en famille, l’aide apportée à un proche malade, les loisirs et j’en passe », indique Carole Gendron, présidente du Syndicat interprofessionnel en soins de santé de l’Abitibi-Témiscamingue (SISSAT-FIQ).

Amorcer 2017 du bon pied

Si 2016 fut plus que difficile en ce qui a trait au climat de travail, la FIQ en Abitibi-Témiscamingue croit toutefois remarquer une ouverture récente de la part de l’employeur pour améliorer les conditions de travail et d’exercice des professionnelles en soins. Certaines d’entre elles ont donc également profité de la manifestation pour lui indiquer leurs souhaits pour la prochaine année. « C’est encore fragile, mais on remarque que l’employeur tend à corroborer nos constats de même que nos solutions et dit vouloir amorcer des chantiers, avec nous, quant à certaines priorités. Au nombre de nos priorités, on peut mentionner les postes à temps complet, le champ de compétences professionnelles, l’organisation du travail en CHSLD, la réduction de la main-d’œuvre indépendante et des heures supplémentaires obligatoires ainsi que la diminution des fardeaux de tâches en médecine-chirurgie. On espère que l’employeur gardera ses bonnes résolutions », mentionne Nancy Moore, vice-présidente et responsable des communications et de la mobilisation du SISSAT-FIQ .