FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Formation des infirmières: évaluation de la condition physique et mentale

Formation des infirmières: évaluation de la condition physique et mentale

Un rapport a été présenté à la délégation concernant la mise en place des activités de formation dans les établissements prévues à la lettre d’entente no 6 de la convention collective relativement à l’activité réservée de l’infirmière portant sur l’évaluation de la condition physique et mentale de l’usager-ère.

Cette formation est une mise à jour et un perfectionnement au regard de la priorité de négociation visant à permettre aux professionnelles en soins d’occuper l’ensemble de leur champ de pratique, et avec le changement de rangement obtenu pour l’infirmière qui se verra positionnée au rangement 19 en 2018. En octobre dernier, le Comité patronal de négociation (CPNSSS) rencontrait la FIQ afin de présenter la logistique de la mise en place de cette formation d’envergure visant plus de 34 000 infirmières détentrices d’un diplôme d’études collégiales dans l’ensemble des établissements au Québec. Afin d’élaborer le cadre et le contenu de cette formation, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’est associé à Philippe Voyer de la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval.

Déploiement de la formation

Pour cerner adéquatement les besoins de formation des salariées, celles-ci devront répondre à un questionnaire et elles pourront être exemptées de la formation si elles ont atteint une note de 75 %. Cependant, une salariée pourra convenir avec sa supérieure de recevoir cette formation même si elle a obtenu une note supérieure à ce seuil. Également, une salariée n’ayant pas atteint ce seuil pourrait être exemptée en partie de la formation. Par exemple, une salariée travaillant en santé mentale ayant réussi la portion de l’évaluation relative à la santé mentale pourra être exclue de la formation sur cet aspect. Une deuxième évaluation sera faite six mois après la formation initiale afin de comparer les résultats et soutenir les salariées qui auraient besoin de « coaching » additionnel.

Les infirmières détentrices d’un baccalauréat ou en cours de formation DEC-BAC ou d’un DEC en soins infirmiers depuis 2016 seront exclues de cette activité de mise à jour, puisque la formation sur l’évaluation de la condition physique et mentale de l’usager-ère est inclue dans le cadre des programmes de formation collégiale, du DEC-BAC et de formation universitaire depuis 2016.

La durée de la formation, sous forme de mentorat, est de 25 heures et est offerte sur les heures de travail. À défaut, les heures seront rémunérées en heures supplémentaires. Le contenu de la formation inclut le visionnement d’une vidéo d’une durée de quatre heures et la dispensation de 21 heures de formation accompagnée d’un « coach » clinique. Ces heures sont accréditées et reconnues par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) pour des fins de formation continue. L’échéancier prévu pour cet important exercice de formation vise à atteindre la cible de 40 % d’infirmières formées d’ici 2018 et le restant pour 2020.

Inquiétudes des déléguées

Lors de la présentation du dossier, plusieurs déléguées sont intervenues pour remettre en question les frais de délivrance de l’attestation de formation au coût de 30 $ et pour partager leurs craintes concernant certaines déclarations d’employeurs sous-entendant la remise en question de la compétence de salariées advenant un « échec » à l’évaluation des besoins de formation. Les salariées craignent ainsi d’être visées par des mesures administratives. La coordination de la négociation de la Fédération a rassuré la délégation sur la vision partagée du MSSS, du CPNSSS et de la FIQ quant aux principes fondamentaux de cette formation : elle vise à acquérir les connaissances liées à l’évaluation de la condition physique et mentale de l’usager-ère ainsi qu’à consolider et à ancrer cette activité réservée énumérée à la Loi 90 dans la pratique au sein des établissements.

En aucun cas, les employeurs ne doivent se servir des résultats de cette formation pour entreprendre des mesures administratives liées à la compétence dans la dispensation des soins infirmiers. Quant aux frais de délivrance de l’attestation de formation, la FIQ est en discussion avec le CPNSSS sur le retrait de ceux-ci, puisque lors de la négociation de ce sujet, il a toujours été clair que cette formation était sans coût pour les salariées visées.