FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Merci à celles qui ont pris soin de nous pendant le temps des fêtes, ainsi qu’à toutes celles qui continueront de le faire en 2017

Merci à celles qui ont pris soin de nous pendant le temps des fêtes, ainsi qu’à toutes celles qui continueront de le faire en 2017

Vous avez été très nombreuses à participer à notre petite opération du temps des fêtes qui consistait à dire merci par l’entremise de Facebook à vos collègues qui travaillaient pendant le temps des fêtes. Si leur dévouement est sans équivoque, votre soutien indéfectible à celles-ci vous honore et m’a touché droit au cœur. L’opération a généré près de 52 000 réactions et partages, et près d’un million d’utilisateurs Facebook ont été témoins de cette solidarité. Je pense que c’est aussi ça, être professionnelles en soins à 100 %.

C’est sur cette note positive que nous amorçons une année bien remplie. Dans mon dernier billet, je dressais un portrait général de ce qui nous attendait pour l’année 2017. Sans répéter ce que j’ai déjà écrit, j’aimerais tout de même rappeler que suite à la fusion des établissements prévus par la Loi 10, les professionnelles en soins, dont la catégorie d’emploi se retrouve représentée par plusieurs syndicats, devront faire un choix. C’est pourquoi dès le 30 janvier, vous serez appelées à voter par la poste pour l’organisation syndicale qui vous représentera. Nous vous invitons d’ailleurs à visionner cette vidéo qui explique comment s’effectuera ce vote .

Disons les choses clairement : nous sommes en campagne de maraudage, et certains voudraient que l’on se lance de la boue. Mais il n’est pas question pour la FIQ de s’abaisser à ce niveau. Et bien que ce vote soit très important, nous n’attendrons pas le dévoilement des résultats pour continuer de faire ce que nous pouvons mieux que quiconque faire : poursuivre nos batailles pour améliorer les conditions d’exercice des professionnelles en soins et pour améliorer la qualité et la sécurité des soins aux patients.

Nous savons maintenant avec certitude que les compressions libérales en santé compromettent la qualité et la sécurité des soins aux patients. Je citerai seulement en exemple la région du Bas-Saint-Laurent où nous avons récemment dévoilé les résultats d’une consultation sur les conditions de pratique des professionnelles en soins. Ces résultats sont frappants : la surcharge de travail empêche les professionnelles en soins de donner tous les soins aux patients et le moral de ces dernières est au plus bas.

Cette situation n’est pas bien différente ailleurs au Québec et nous continuerons d’en faire la démonstration tant et aussi longtemps que ce gouvernement n’aura pas compris qu’il est complètement à côté de ses pompes.