FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Période de changement d’allégeance syndicale dans le réseau de la santé : la FIQ souhaite un débat entre les organisations syndicales en Mauricie-Centre-du-Québec

Période de changement d’allégeance syndicale dans le réseau de la santé : la FIQ souhaite un débat entre les organisations syndicales en Mauricie-Centre-du-Québec

Ces derniers jours, la CSN de la Mauricie-Centre du Québec a proposé de tenir un débat entre des représentants de la CSN, de la CSQ et de la FIQ le 23 janvier à Trois-Rivières. Ce débat vise à éclairer les professionnelles en soins de la région dans le cadre de la période de changement d’allégeance syndicale dans le réseau de la santé qui se déroule actuellement.

D’emblée, la FIQ s’est dite favorable à la tenue d’un tel débat tout en spécifiant que les modalités devraient être négociées par l’ensemble des organisations. Malheureusement, la CSN tente par tous les moyens d’imposer ses propres conditions et fait preuve d’intransigeance, notamment sur la date à laquelle devrait se tenir le débat. Elle prétexte que les 23 et 24 janvier sont les seules dates possibles pour tenir le débat, qu’aucune salle ne serait disponible dans toute la région en dehors de ces deux journées. La CSN refuse de prendre en compte la difficulté pour la CSQ de trouver une porte-parole à si brève échéance.

Par son attitude, la CSN risque d’empêcher la tenue du débat. Est-ce sa volonté? La question se pose. Comme il n’y a supposément aucune salle de disponible, la FIQ a même proposé d’organiser le débat dans une station de radio de la région, ce que la CSN et la CSQ se sont empressées de refuser.

Devant le risque qu’il soit annulé, nous réitérons notre offre de tenir le débat sur les ondes d’un média de la Mauricie-Centre-du-Québec. Cette formule faciliterait, à bien des égards, l’organisation d’un tel évènement et rendrait l’écoute accessible à l’ensemble des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques de la région.

Rappelons que la CSN a annoncé un débat sans avoir au préalable consulté les autres organisations syndicales. Improvisation ou mauvaise foi, dans l’avenir les travailleuses de la Mauricie-Centre-du-Québec méritent plus de respect.