FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le MSSS abandonne l’évaluation initiale (prétest) afin de se conformer à l’esprit de la lettre d’entente no 6

Le MSSS abandonne l’évaluation initiale (prétest) afin de se conformer à l’esprit de la lettre d’entente no 6

La FIQ a eu confirmation aujourd’hui que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) abandonnait l’évaluation initiale (prétest) afin de se conformer à l’esprit de la lettre d’entente no 6.

Rappelons qu’en octobre dernier, lors d’une présentation du déploiement du programme de formation visant l’évaluation de la condition physique et mentale de l’usager, et plus particulièrement au sujet de l’évaluation initiale (prétest), le MSSS avait exposé une démarche où les participantes devaient se soumettre à deux évaluations. Les raisons évoquées étaient fort louables dans la mesure où la première évaluation permettait soit, l’exemption de certaines infirmières ou encore de cibler les modules de formations nécessaires pour compléter les connaissances ou habiletés des membres de la FIQ, et dans un deuxième temps, de mesurer les effets de cette formation.

Depuis sa mise en place, nous avions été à même de constater plusieurs problèmes liés à l’évaluation initiale (prétest). La démarche n’atteignait pas les objectifs prévus à la lettre d’entente, puisqu’elle ne permettait pas l’exemption de la formation. Elle ne permettait pas non plus à la salariée de préciser, avec sa supérieure, son besoin spécifique de formation.

Devant ce constat, la FIQ avait pris la décision de ne plus cautionner l’approche préconisée par le MSSS puisqu’il dénature complètement cette opération et demande au MSSS d’abandonner l’évaluation initiale (prétest). La FIQ avait cependant réitéré son adhésion au programme de formation tel qu’il a été présenté par le MSSS en octobre dernier quant au contenu et à la forme proposée (25 heures, dont 4 heures de contenu sur vidéo et 21 heures en coaching).

Pour plus d’information, les membres de la FIQ sont invitées à communiquer avec leur équipe syndicale locale.