FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Rupture de service d’anesthésie en Haute-Gaspésie : la Direction est pourtant au courant de la situation depuis octobre dernier

Rupture de service d’anesthésie en Haute-Gaspésie : la Direction est pourtant au courant de la situation depuis octobre dernier

Du 10 au 17 février prochain, il y aura une rupture de service d’anesthésie pour tout le secteur de la Haute-Gaspésie, une situation que dénonce vivement le président du Syndicat des professionnelles en soins de la Gaspésie (FIQ), Alexandre Michaud. « La Direction est pourtant au courant depuis octobre dernier mais, malgré tout, il n’y aura aucun anesthésiste pour répondre aux urgences qui pourraient survenir pendant cette période », indique monsieur Michaud.

Ainsi, pour pouvoir bénéficier d’un service d’anesthésie, un-e patient-e devra être transféré-e au bloc opératoire de Rimouski, à environ 2 h de route. « C’est inadmissible de prendre des risques comme ça. Que se passera-t-il si une patiente doit subir une césarienne d’urgence ou si quelqu’un nécessite une intervention chirurgicale immédiate? », questionne le président du Syndicat.

À défaut de pouvoir offrir le service d’anesthésie en Haute-Gaspésie, il faudra donc faire appel au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent. « Voilà une autre preuve que les grosses structures de la réforme Barrette ne fonctionnent pas. Pourquoi avoir créé des structures régionales au juste? Toutes ces réorganisations se font systématiquement sur le dos des patients. La Direction doit agir, elle ne peut jouer à la roulette avec la santé et la sécurité de la population », conclut Alexandre Michaud.