FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Des ratios pour des soins sécuritaires

Des ratios pour des soins sécuritaires

Lors de la dernière négociation, nous avons obtenu que le comité paritaire provincial sur la tâche et l’organisation du travail se penche sur la pertinence et la faisabilité de ratios sécuritaires professionnelles en soins/patient-e-s par la mise en place de projets pilotes. Depuis, les travaux vont bon train et nous avons toutes les raisons de croire que nous allons dans la bonne direction. Or, depuis quelques jours, une rumeur persistante veut que le ministre Gaétan Barrette soit sur le point d’imposer « ses propres » ratios, avant même le début des projets pilotes. Nous savons que le ministre de la Santé a déjà demandé à certains établissements de se conformer aux ratios observés par le professeur Philippe Voyer et ses collègues1.

Cette perspective est inquiétante, primo parce que le ministre semble avoir décidé de faire l’économie d’implanter les projets pilotes, et secundo parce que les ratios observés par monsieur Voyer ne sont pas basés sur l’évaluation des besoins des patients. Il s’agit de ratios budgétaires décrivant le niveau de dotation dans des CHSLD du Québec où la qualité des soins était plus enviable. Ces ratios constituent une moyenne établie sur trois mois, en 2014, en observant un groupe d’une trentaine de professionnelles en soins dans quelques CHSLD seulement.

Ce sont ces moyennes que le ministre proposerait d’appliquer aveuglément à l’ensemble du réseau. De plus, il ferait fi de certaines autres observations de Voyer et coll., notamment la surcharge administrative et la mauvaise organisation des soins qui peuvent prendre jusqu’à 46 % du temps de travail des infirmières étudiées2.

La FIQ réitère sa volonté de collaborer avec le gouvernement à la réalisation des projets pilotes et à l’analyse des données qui en découleront. Nous sommes également disposées à faire profiter les décideurs du réseau de l’expertise recueillie lors du Symposium international sur les soins sécuritaires que nous avons organisé l’automne dernier et au cours duquel plusieurs experts sont venus des quatre coins du monde pour nous faire part de leur expérience respective sur le sujet.

L’imposition de ratios qui découlerait d’une bête logique comptable fait craindre pour les services à la population : les ratios sécuritaires tiennent compte d’un ensemble de variables (organisation du travail, composition de l’équipe soignante, acuité des soins requis par les patient-e-s, etc.) et ne se calculent pas qu’en divisant le nombre de lits par le nombre de professionnelles en soins! Déjà, certaines de nos membres se sont fait dire que des postes de professionnelle en soins seraient supprimés, en réponse à la demande du ministre d’appliquer les « ratios Voyer ».

S’il décidait d’appliquer officiellement ces « ratios », le ministre ferait preuve d’un manque flagrant de rigueur. D’autant plus qu’il ferait table rase sur plusieurs mois de discussions entre le ministère, la FIQ et les autres partenaires impliqués dans le projet. Pour la FIQ, les ratios sécuritaires ont pour objectif d’assurer des soins de qualité et humain, et non de cautionner la traditionnelle vision comptable des soins.

Si le ministre tente de travestir ce projet pour répondre à des impératifs politiques, tout en laissant croire à la population qu’il a réglé les problèmes en CHSLD, vous pouvez être assurés que nous serons là pour donner l’heure juste.


1. Voyer, P. (2016) « Pénurie de soins ou pénurie d’infirmières? », Perspectives infirmières, 13(3), p.45-50.
2. Ibid