FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Agences de placement de personnel en santé  : le Tribunal administratif du travail donne encore raison à la FIQ

Agences de placement de personnel en santé : le Tribunal administratif du travail donne encore raison à la FIQ

Le Tribunal administratif du travail (TAT), a une fois de plus donné raison à la FIQ dans sa requête demandant au TAT que les professionnelles en soins provenant d’agences de placement de personnel soient incluses dans son unité de négociation. Cette décision du 9 août dernier, confirme celle du 25 août 2016 rendue par le même tribunal dans une cause similaire.

« C’est une autre victoire pour les patients et les professionnelles en soins. Maintenant, le CIUSSS et le ministre de la Santé doivent accepter la décision et cesser l’acharnement juridique. Le TAT est clair, le double standard entre les salariées du réseau de la santé et celles des agences privées ne respecte pas le Code du travail. Conséquemment, la FIQ demande au ministre Gaétan Barrette qu’il exige de l’ensemble des établissements du réseau de la santé qu’ils prennent acte de cette décision et qu’ils agissent en conséquence », a déclaré la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, Régine Laurent qui était accompagnée pour l’occasion des vice-présidents Daniel Gilbert et Linda Bouchard ainsi que de représentantes du syndicat FIQ du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

« À la FIQ, nous nous battons depuis plusieurs années contre le recours abusif à la main-d’œuvre indépendante (MOI). Il a été démontré clairement qu’il en coûte plus cher à l’État et que l’instabilité sur les équipes de travail créée par l’utilisation trop grande du personnel d’agences nuit à la sécurité et à la qualité des soins aux patients ainsi qu’à la sécurité des professionnelles en soins », a poursuivi le vice-président de la FIQ, Daniel Gilbert.

« En 2010, la FIQ a obtenu du gouvernement une entente qui a permis de réduire de plus de 40 % l’utilisation de la MOI. Lors de la dernière négociation, nous avons négocié pour qu’il y ait plus de postes à temps complet pour les professionnelles en soins afin de diminuer l’utilisation du personnel des agences privées de placement. Bientôt, les négociations locales débuteront dans les CISSS et CIUSSS et ce sera l’occasion de faire appliquer la décision du TAT. Le ministre et les gestionnaires doivent donc agir maintenant » a conclu la vice-présidente de la FIQ, Linda Bouchard.

Pour visionner la conférence de presse