FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Les défis du virage vert

Les défis du virage vert

Les enjeux environnementaux interpellent directement la FIQ. Si nous travaillons d’arrache-pied au quotidien pour assurer la qualité des soins et un financement adéquat du réseau de la santé, nous ne pouvons le faire sans tenir compte de l’impact de l’environnement sur la santé de la population, et la nôtre.

Un peu plus tôt cette année, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indiquait qu’un quart des décès d’enfants de moins de cinq ans était attribuable à la pollution de l’environnement. Le Québec n’échappe pas à ce terrible constat. D’ailleurs, je vous invite à consulter cette page du ministère de la Santé consacrée aux effets directs et indirects des changements climatiques sur la santé publique.

Je suis bien consciente que ces constats ne suffiront pas à eux seuls à provoquer le virage environnemental d’une organisation comme la FIQ. Si j’écris ces lignes, quelques jours après la journée des transports publics (16 septembre) et la journée mondiale sans voiture (22 septembre), c’est que j’ai la conviction QUE nous avons la maturité nous permettant de poser les gestes qui s’imposent.

Le prochain congrès, qui se tiendra du 27 novembre au 1er décembre 2017, sera pour nous un premier test. En effet, nous avons mis à la disposition de nos déléguées qui participeront à cette instance des outils visant à réduire au strict minimum l’utilisation du papier. Tous les documents pourront être consultés sur appareils mobiles, et le dévoilement des candidatures aux différents postes en élection se fera en ligne. Mais nous ne pourrons réussir ce tour de force sans la collaboration des militantes qui participeront à l’événement. J’invite donc toutes les déléguées qui se préparent pour cette instance, à virer au vert et à éviter l’impression inutile des documents.

Je sais que vous êtes nombreuses à vous soucier de l’environnement. Cependant, c’est souvent au moment d’agir que surviennent les contraintes logistiques et budgétaires, qui sont autant d’obstacles à la concrétisation du virage vert. Pour réussir celui-ci, ce sont donc tous les paliers de notre organisation, autant les syndicats affiliés, les bureaux régionaux que les salariées et le Comité exécutif, qui devront mettre la main à la pâte, afin que nous adoptions de façon cohérente, responsable et créative, des moyens d’amorcer ce virage qui est nécessaire.